Technologie

Publié le :
22/04/2009
Commentaires :
3
Envoyer à un ami

La composition chimique de l’eau dénaturée par le plastique

La composition chimique de l’eau dénaturée par le plastique
Agrandir l’image
© Elnur - Fotolia.com
« l’eau provenant de bouteilles en plastique contenait plus d’oestrogènes que celle des bouteilles en verre »

Après avoir été critiquée pour son empreinte carbone, l’eau en bouteille est de nouveau sur le banc des accusés. Selon une récente étude allemande, le plastique des bouteilles libèrerait des hormones. Le problème ? Elles troubleraient le développement et les fonctions sexuelles et reproductrices de l’homme.

L’étude allemande menée par Martin Wagner et Jorg Oehlmann fait des vagues. Ces deux chercheurs du département d’écotoxicologie aquatique de l’université de Goethe ont cherché à mettre en évidence la présence d’hormones dans les bouteilles en plastique. Et ils ont réussi ! Au-delà de leurs espérances, leurs conclusions déchaînant certaines foudres.

Le sujet de l’expérience ? Des bouteilles en plastique de marques différentes, des bouteilles en verre et des briques en carton recouvertes de film plastique interne. Pour mener à bien l’expérience, ils ont utilisé des levures modifiées ainsi que des escargots d’eau douce qu’ils ont introduits dans les bouteilles pendant 56 jours. Les résultats sont édifiants ! Dans 60 % des cas, l’activité oestrogénique s’est avérée « significativement plus élevée ». Quant aux bouteilles contenant les escargots, les chercheurs ont constaté un nombre d’embryons ayant « plus que deux fois doublé » à la fin du temps imparti. Conclusions : l’eau provenant de bouteilles en plastique contenait plus d’oestrogènes que celle des bouteilles en verre. Mais comme pour contrer toute attaque, ils ont assuré vouloir simplement mettre en évidence la présence d’hormones dans les bouteilles en plastique. Leur intention n’était en aucun cas de tester une quelconque toxicité pour l’être humain. La présence de perturbateurs endocriniens reste, pour eux, inexpliquée.

Les syndicats de l’eau montent au créneau

ET AUSSI...

Mais il n’en fallait pas plus pour déclencher l’ire des industriels. La machine était lancée ! L’institut fédéral allemand d’estimation des risques a réagi en rassurant les consommateurs sur la non dangerosité de l’eau commercialisée dans du plastique. Du côté de la chambre syndicale française des eaux minérales, c’est la consternation ! « Le test utilisé est totalement inadéquat pour mesurer les contaminations en perturbateurs endocriniens dans les eaux potables ». Leurs arguments ne s’arrêtent évidemment pas là. Ils assurent que l’eau minérale naturelle est l’un des produits les plus contrôlés de l’industrie alimentaire et que le PET, le plastique utilisé pour la fabrication des bouteilles, ne pose aucun problème pour la santé publique. Voilà donc deux avis bien divergents ! Le syndicat des eaux de source se range quant à lui du côté de ses collègues français et dénonce une méthodologie de l’étude ayant conduit ses auteurs à une interprétation hâtive des résultats, provoquant une angoisse inutile pour le consommateur.

Bien que ne prêchant pas pour la même paroisse, ne favorisant pas la même eau, ces deux syndicats se rejoignent. Une étude jugée partiale ne peut pas être considérée comme le point de départ d’une polémique visant à déstabiliser le consommateur. Même si l’eau en bouteille plastique n’a pas de vertus écologiques, considérant sa fabrication et son acheminement, il ne faut pas non plus tomber dans un terrorisme systématique.
 

Pour consulter la réponse de la chambre syndicale française des eaux minérales, cliquez ici

A ne pas rater :
- Les biberons au Bisphénol-A interdits dans les crèches parisiennes
- Le plastique, c’est pas fantastique !

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Haut Conseil des Biotechnologies : Jean-Louis Borloo donne le coup d’envoi
Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé article suivant
aqua salubris, 27 / 07 / 2010 - 3:21
“Le professeur Narbonne est partenaire des embouteilleurs. Il est donc juge et partie dans ce dossier controversé !”
Olive72, 24 / 04 / 2009 - 10:57
“La méthode employée ainsi que les résultats ont été contestés par l'Institut Fédéral allemand d’évaluation des risques.

Le Professeur Jean-François Narbonne, expert à l’AFSSA, arrive aux mêmes conclusions : « Il est impossible d’avoir des teneurs de 75 ng EEQ/L dans l’eau minérale en dehors d’une forte contamination externe. Le test utilisé est totalement inadéquat pour mesurer les contaminations en perturbateurs endocriniens dans les eaux potables et donne des chiffres en totale contradiction avec les données de la littérature portant à la fois sur des bioéssais à gène reporter ainsi que sur les analyses chimiques. »

Les emballages en PET sont utilisés depuis longtemps par l’industrie alimentaire après avoir été validés et approuvés par toutes les agences de sécurité sanitaire des aliments. Les études menées au niveau international ont toutes confirmé que le PET ne pose aucun problème pour la santé publique.”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement