Technologie

Publié le :
03/04/2009
Commentaires :
1
Envoyer à un ami

La tour Elithis offre un répit à l’environnement dijonnais

La tour Elithis offre un répit à l’environnement dijonnais
Agrandir l’image
www.arte-charpentier.com
« une construction emblématique, symbole d’une prouesse technologique, architecturale et éco-citoyenne »

Un bâtiment révolutionnaire, le plus sobre et le plus performant en matière de consommation énergétique, il rassemble toutes les caractéristiques techniques d’avant-garde les plus durables. Non, il ne s’agit pas d’une énième tour de Dubaï ou de tout autre état précurseur d’architecture propre, mais bel et bien d’une réalisation française. Dijonnaise pour être exact. Présentation de ce nouveau bijou d’éco-construction…

5000 m2 de bureaux hautement technologiques répartis sur neuf étages. Une tour arrondie de 33.5 m2 de hauteur. De l’avis du maire de Dijon, François Rebsamen, il s’agit « d’une construction emblématique, symbole d’une prouesse technologique, architecturale et éco-citoyenne, un bâtiment tertiaire en avance de plus de 40 ans sur l’objectif fixé par le plan climat 2004 ». Il en est fier de la tour Elithis, du nom de la société d’ingénierie qui occupera ces bureaux d’un nouveau genre.

Une perle technologique

Cette tour, inaugurée hier (jeudi 2 avril), œuvre du cabinet Arte Charpentier Architecte, rejettera six fois moins de gaz carbonique qu’un immeuble classique. Bâtiment à énergie positive, il produira plus d’énergie qu’il en consommera. Pour une économie annuelle d’un montant non négligeable de 115 000 à 150 000€ par an. Sujet de toutes les fiertés et réjouissances, ce type de construction reste rare en France. « Ce qui est très exceptionnel aujourd’hui devra être généralisé en 2020 pour les bâtiments tertiaires », explique Philippe Pelletier, président du comité stratégique du plan bâtiment issu de la loi Grenelle.

Si le chauffage, émis par une chaudière fonctionnant aux granulés de bois, ne sera activé que pendant la nuit, la chaleur émise par les occupants et les machines servira à réchauffer l’atmosphère en journée. L’atout majeur de ce type de construction réside aussi dans l’absence de climatisation. A priori, fabriquer du froid nécessite trois fois plus d’énergie que pour du chauffage. Pour atténuer l’effet des rayons du soleil, de 80 % lorsqu’il sera au zénith, la partie la plus exposée du bâtiment a été recouverte d’un bouclier thermique transparent en résille. Et l’effort a été mis sur les panneaux isolants de 12 cm d’épaisseur à base de ouate de cellulose. L’énergie sera produite par les panneaux photovoltaïques placés sur le toit qui permettront de générer 75 000 kWh/an. L’eau de pluie sera récoltée pour ensuite servir dans les sanitaires.

Une consommation énergétique quasi-nulle

Résultat ? Une consommation énergétique annuelle de 20 kWh/m2. Selon Thierry Bièvre, le président de la société Elithis, ce chiffre aurait pu être de 0 mais le but est tout autre. « Notre idée est d’amener les gens à changer de comportement ». Même principe que pour une voiture hybride. Il ne suffit pas de l’acheter pour se sentir déchargé de toute responsabilité. Pour faire de réelles économies, il faut adapter sa façon de conduire. Les salariés seront donc de véritables acteurs de leur propre développement « durable » ! Pour économiser ces derniers 20 petits kWh, on leur demandera d’éteindre tous leurs appareils le soir venu, de prendre l’escalier pour se rendre au premier ou au deuxième étage et le ménage ne sera effectué que dans la journée pour éviter d’allumer la lumière, bien que ne fonctionnant qu’avec des luminaires à économie d’énergie, la nuit.

Et Thierry Bièvre de conclure : « Nous voulons convaincre l’ensemble des acteurs et des usagers qu’une démarche éco-citoyenne est réaliste et même une source de rentabilité et de progrès ». Des visites pédagogiques seront donc organisées. Pour qu’en matière d’éco-construction, la France ne soit pas à la traîne derrière les pays du Nord. En bonne voie selon Philippe Pelletier : « avec les mesures du Grenelle, nous lançons un programme de très grande échelle qu’aucun autre pays n’a mis en place ». Dépêchons nous alors de rattraper ceux qui n’ont pas perdu de temps en considérations terminologiques !
 

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Stockage souterrain du CO2 : une « fausse bonne idée »
Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé article suivant
FRPIC, 27 / 04 / 2009 - 19:06
“Ce type de construction est encore rare mais va bientôt se généraliser. Dans la lignée du Grenelle, un GIE Enjeu Energie Positive a été créé avec des professionnels de différents secteurs (Bouygues Immobilier, Lexmark, Philips, Schneider Electric , Siemens, Sodexo, Steelcase, Tandberg) afin de développer ces problématiques et proposer des objectifs liés à la consommation énergétique des immeubles futurs et dans le but de développer la production d'énergie au niveau des immeubles.”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

Les mots-clés de l'actu

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière


Développement durable - tout savoir sur l'environnement