Technologie

Publié le :
09/03/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

L’île de la Réunion mise sur les énergies renouvelables

L’île de la Réunion mise sur les énergies renouvelables
Agrandir l’image
fotolia.com
« Depuis 2008, c’est sur l’île de La Réunion que se trouve la plus grande centrale photovoltaïque française, totalisant un Mégawatt de puissance »

Faire de La Réunion, une île 100 % énergies renouvelables. Tel est l’objectif de l’Agence Régionale de l’Energie Réunion.
Pour palier l’utilisation du charbon et du pétrole, l’île devra miser sur ses atouts naturels et historiques qui permettraient d’atteindre de tels objectifs.

Le soleil, le potentiel énergétique de la Réunion

Depuis 2008, c’est sur l’île de La Réunion que se trouve la plus grande centrale photovoltaïque française, totalisant un Mégawatt de puissance. L’installation, de plus de 6 000 panneaux répartis sur une surface de 10 000 m2 et bénéficiant d’un ensoleillement annuel moyen de 1350 heures, produit 1350 MWh par an sur le réseau EDF.

De nombreuses installations innovantes voient le jour. A titre d’exemple, une deuxième centrale comportant 7.930 modules Photowatt sur environ 13.000 m2, située sur les toits de la SITAR à St Pierre a une puissance de 1,310 MW a été inaugurée fin 2008.

Début 2009, une nouvelle installation photovoltaïque d'une capacité de 2 MW a été livrée, sur les toits des bâtiments de la CILAM et de SODICO.

Sur le plan technique, la réalisation de ce champ solaire d'une surface de 14 815 m² soit 135 Wc par m² a été permise grâce à la pose de 9 940 modules photovoltaïques et la mise en place d'environ 80 km de câble pour un investissement total de 11 millions d'euros.

La puissance installée de ces 2 MW permettra à cette centrale de produire 2.571 MWh par an, soit la consommation annuelle de 1.130 foyers réunionnais et d'éviter le rejet de  2 150 tonnes de CO2 dans l'atmosphère, explique l’Agence Régionale.

Afin de garantir la stabilité du réseau électrique, les systèmes de stockage localisés doivent être incités par une valorisation tarifaire de l’énergie intermittente stockée.

Relancer la culture de la canne

Dans l’espoir de redonner de l’avenir à une filière sucrière en perte de vitesse, la Région souhaite mettre en avant l’énergie issue de la bagasse. Pour l’année 2006, la part de la production électrique à partir de la bagasse dans la production totale d’électricité a été évaluée à 11,6 %. L’évolution des cultures vers des variétés à vocation uniquement énergétique permettent d’espérer, à terme, la substitution de l’énergie actuellement produite de charbon, par l’énergie « bagasse », sans baisse de revenu pour les planteurs.

Exploiter les énergies de la mer

Houle, courant, énergies thermiques… la mer offre également un important potentiel en matière d’énergies alternatives. Encore au stade expérimental cette source d’énergie pourrait être un bien précieux pour atteindre l’objectif de la région. Pour développer ces énergies alternatives nouvelles, un important soutien de l’Etat ainsi que de l’Europe sera nécessaire afin d’implanter à la Réunion des sites pilotes exemplaires au niveau mondial.

Ressources géothermiques

Un acquis que la région souhaite continuer à exploiter : la ressource géothermique. Sur le site même de la Plaine des sables, le coût du projet de construction d’une station géothermique se situerait aux alentours de 11 millions d’euros. Alors que le site doit être classé Patrimoine de l’Unesco, l’avenir de cette centrale est encore compromis.

Réduire la consommation de chacun

Les particuliers et les industriels doivent impérativement réduire leur consommation d’énergie. Pour les particuliers, la région met en avant les constructions bioclimatiques. Objectif : réduire la consommation de chauffage et de climatisation. Dans le cadre de l’objectif 100 % énergies renouvelables, la région préconise l’élaboration d’une réglementation thermique réunionnaise, incluant le concept 100 % chauffe-eau solaire.

Augmenter les activités de recherche, d’observations pour un développement industriels d’énergies alternatives et durables sont essentiels pour rentrer en compétition avec les énergies fossiles et réussir le 100 % renouvelables à La Réunion. C’est aussi, en ces temps de crise, une opportunité de développement économique...

Lire aussi:

- Antilles : Michel Barnier veut développer la production locale
- Sanyo : une troisième usine de cellules photovoltaïques en construction

pashû dewailly christensen

  Laisser un commentaire

article précédent Quand le développement durable fait son cinéma
Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique


Développement durable - tout savoir sur l'environnement