Technologie

Publié le :
13/01/2009
Commentaires :
2
Envoyer à un ami

Des études créent l’agitation sur la toile, Google tisse sa défense

Des études créent l’agitation sur la toile, Google tisse sa défense
Agrandir l’image
fotolia.com
« Deux recherches Google génèrent autant d’émissions de CO2 que de faire chauffer une bouilloire »

Nous pensions économiser de l’énergie en nous connectant sur internet plutôt que de prendre notre voiture, nous pensions parfois être écolo en optant pour la vidéoconférence plutôt que de prendre l’avion. Et bien non ! En surfant sur Internet, vous seriez d’après plusieurs études très récentes, un grand pollueur… Chez Google, le montant des émissions toxiques dégagées par les 2 millions (estimés) d’ordinateurs des centres de calcul serait à l’origine d’une émission de 7g de CO2 par requête. A multiplier par les 200 millions de recherches effectuées par jour…

Le débat ne s’arrête pas là. Google conteste les chiffres et d’autres comparaisons vont bon train : « Un cheeseburger correspond à 500 fois la consommation d’une recherche sur Google », « 1000 recherches rejettent autant de CO2 que 1 km en voiture » ! L’idée fait débat. « Une recherche google permet d’économiser un aller en voiture pour aller chercher cette même information à la bibliothèque », « plusieurs fois il m’est arrivé de regarder les horaires des bus qui passent non loin de chez moi pour ne pas prendre ma voiture ». A peser le pour et le contre, nous pouvons aller très loin. Interressons nous donc aux faits et aux dernières données scientifiques sur la consommation d’énergie engendrée par l’outil qui fait aujourd’hui le quotidien d’adeptes de plus en plus nombreux : Internet.

Internet : 0,8 % de la consommation mondiale d’électricité

Deux études scientifiques datées de la semaine dernière accusent Internet puis Google d’être à l’origine de très importantes émissions de CO2 à travers le monde.

1,2 % de la consommation électrique totale des Etats-Unis est absorbée par les serveurs et les équipements destinés à les faire fonctionner selon l’étude publiée jeudi « Estimating Total Power Consumption by Servers in the US and the World » . Au niveau mondial l’étude, réalisée par Jonathan Koomey, un scientifique spécialiste des questions énergétiques, mandaté par les grands fabricants de matériels informatiques (Dell, IBM, Intel, etc.), estime cette part à 0,8 %. Il espère que ce rapport, rendu public aujourd’hui, poussera les fabricants à concevoir des appareils et des composants moins énergivores et moins impactant sur l’environnement.

Faire une recherche internet ou boire une tasse de thé ?

Le physicien Alex Wissner-Gross, crée l’agitation chez Google. Alors que la multinationale qui se montre très soucieuse de l’environnement, qui plus est, à l’origine de l’initiative « Climate Savers Computing », l’étude publiée dans le Times of London alerte tous les internautes. La comparaison faite est la suivante : deux recherches Google génèrent autant d’émissions de CO2 que de faire chauffer une bouilloire (soit 15 grammes de CO2). Le physicien, docteur de l’université d’Harvard conclut « Une recherche Google a un impact environnemental défini ».

Google reste très discret sur sa consommation d’énergie et son empreinte carbone. Il refuse également d’informer sur la localisation de ses serveurs. Cependant, nous savons que lorsque l’on lance une recherche sur Google, la demande ne se dirige pas seulement vers un serveur mais fait fonctionner plusieurs serveurs à travers le monde, Google nous donne ensuite la réponse des serveurs qui auront été les plus rapides. Pour cela, le système minimise les délais mais augmente considérablement la consommation d’énergie.

Jason Kincaid de TechCrunch, un biologiste américain qui s’est spécialisé sur le Web juge l’article du Times qui a repris l’étude, quelque peu « alarmiste », « contrairement aux 4x4, le web aide les gens à se connecter et à enrichir l’humanité. Il est bon d’encourager par tous les moyens les sociétés du web à devenir les plus neutres possible en matière de carbone, mais ne rendez pas les consommateurs soucieux de leur consommation énergétique apeurés par leur navigateur. »

Fort de cette étude nécessaire pour alarmer les fabricants et trouver des alternatives nouvelles, précisons tout de même qu’Alex Wissner-Gross est aussi à l’origine de la société CO2stats, qui aide les entreprises à développer un internet plus propre.

Google ne compte pas en rester sur cette mauvaise image. Les chiffres avancés par le chercheur seraient bien trop élevés, la société évaluerait que grâce au progrès réalisé depuis 2007, l’empreinte carbone d’une requête se situerait aux alentours de 0,2 gramme. Dans les 0,2 secondes qu’il faut en moyennes pour retourner la réponse, Google utilise 0,0003 kWh d’énergie pour la traiter. Cette consommation d’énergie, produirait à son tour 0,2 g de CO2 explique Urs Hoelzle, le directeur des opérations de Google.

Une seconde vie virtuelle qui dégagerait autant de CO2 qu’un brésilien…un vrai

Autre polémique en cours sur la toile, le jeu Second Life, un monde totalement virtuel, où l’internaute crée un personnage fictif qui interagit avec les autres. Maintenir un personnage fictif en vie requière 1 752 kilowatters d’électricité par an. L’équivalent de la consommation d’un être humain, un vrai cette fois-ci, comparable au mode de vie d’un brésilien !
 

Lire aussi :

- Téléphonez bio

pashû dewailly christensen

  Laisser un commentaire

article précédent Des progrès notables chez les fabricants d’électronique
Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé article suivant
Pierre, 15 / 01 / 2009 - 11:37
“Tant mieux si ce genre d'annonce fait bouger les choses. Google va faire en sorte d'améliorer ses performances et de diminuer son impact sur l'environnement”
sophie, 14 / 01 / 2009 - 13:35
“De toute façon quoi qu'on fasse il y aura toujours quelqu'un pour nous mettre des chiffres sous le nez prouvant que nous polluons. Ne vaut il pas mieux rester devant son ordi même si le résultat est multiplié par 200 millions plutôt que de rajouter 200 millions de voitures sur les routes. Les résultats risques d'être quelque peu différents non?”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement