Politique

Publié le :
11/06/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Taxe carbone : les associations entre réserve et enthousiasme

Taxe carbone : les associations entre réserve et enthousiasme
Agrandir l’image
fotolia.com
« Les Français ne doivent pas penser que l’on veut faire rimer écologie avec taxe, mais écologie avec économies »

Sur la « contribution climat-énergie », « aucune décision n’est prise », a insisté hier (mercredi 10 juin) Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Le Livre blanc présenté par le gouvernement n’est là que pour ouvrir le débat sur une nouvelle fiscalité verte, avant une conférence de consensus les 2 et 3 juillet et une table ronde une semaine plus tard. Ce qui n’empêche pas les associations de réagir. Certaines sont inquiètes, d’autres sont emballées.

Taxer les énergies les plus polluantes représenterait une menace pour le pouvoir d’achat des Français selon l’association de consommateurs UFC-Que choisir. Surtout pour les ménages les moins aisés, qui consacrent une grande part de leur budget au chauffage et aux transports. Faux, a répondu Arnaud Gossement, avocat et porte-parole de France nature environnement (FNE), sur BFM Radio : « L’idée, c’est de redonner du pouvoir d’achat, car lorsque l’on va percevoir la taxe carbone, on va lutter contre la pollution qui touche d’abord les ménages les plus modestes. On espère que le produit aura vocation à être redistribué vers les ménages qui auront été les plus vertueux et qui sont les plus pauvres. C’est un instrument de régulation, pas de taxation ! ».

Une compensation sous forme de « chèque vert », comme évoquée par Jean-Louis et réclamée par l’UFC-Que choisir ? Une solution qui conviendrait à Philippe Quirion, du Réseau action climat France : « Nous n’avons pas de position tranchée mais la proposition de Nicolas Hulot nous satisfait ». Tout comme l’idée générale d’une taxe carbone, que « tout le monde doit payer ». Quant au risque que la mesure devienne impopulaire au point de connaître le même sort que la taxe pique-nique (l’ancien premier ministre Michel Rocard, qui présidera la table-ronde sur le sujet, a déclaré : « La chose n'est pas simple dans un pays qui déteste les réformes fiscales et ne les accepte qu'infinitésimales et marginales »), le RAC-F n’y croit pas : « Cette taxation était anecdotique. La taxe carbone, elle, est un problème aux proportions bien plus grandes ».

Remplacer la taxe professionnelle ?

ET AUSSI...

Annoncée par Nicolas, la suppression partielle de la taxe professionnelle en 2010 pourrait être compensée par la « contribution climat-énergie ». « Une mauvaise idée », pour M. Quirion, car « ce sont des domaines trop différents ». M. Gossement, lui, en pense aussi « du mal : la bonne taxe est celle qui doit disparaître. Parce que si elle marche bien, il y aura moins de produits polluants, et si il y a moins de produits polluants, il y aura moins de taxe carbone ».

Selon FNE, la fiscalité verte n’est en effet pas celle qui doit remplir les caisses de l’Etat, mais celle qui oriente le consommateur ou l’acteur économique vers le produit ou l’activité la moins polluante, à l’instar du bonus/malus sur les voitures. Ainsi, « les Français ne doivent pas penser que l’on veut faire rimer écologie avec taxe, mais écologie avec économies ».

Taxer le nucléaire ?

Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », le débat ne s’intéresse qu’aux énergies émettrices de CO2 (pétrole, gaz, charbon), or il y a plus polluant : le nucléaire. « Commençons par taxer cette énergie hyper-polluante, qui laisse derrière elle des centaines de millions de tonnes de résidus miniers radioactifs, qui produit quelque 1300 tonnes de combustibles irradiés dangereux durant des milliers d’années, qui pollue les nappes phréatiques, la terre et l’air de manière irréversible », lance Jean-Marie Brom, convaincu qu’une taxe carbone favorisera l’atome plutôt que les énergies renouvelables.

Le RAC-F souhaite aussi taxer la consommation générale d’électricité, ce qui inclut l’énergie nucléaire, et l’hydraulique.

A ne pas manquer :
- La taxe carbone va-t-elle remplacer la taxe professionnelle ?
- Polémique : la « taxe carbone aux frontières » fustigée par les pays émergents
- Une taxe carbone pour réduire les émissions de gaz à effet de serre est-elle efficace ?

Yann Cohignac

  Laisser un commentaire

article précédent La Commission européenne de José Manuel Barroso échoue à son examen «Environnement »
Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière


Développement durable - tout savoir sur l'environnement