Politique

Publié le :
07/05/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Antennes relais : des négociations brouillées

Antennes relais : des négociations brouillées
Agrandir l’image
© Martin RICHIARDONE - Fotolia.com
« Tant que les opérateurs ne donnent pas toutes les garanties de sécurité sanitaire, il faut mettre en place le principe de précaution »

Certains y ont vu des signes d’ouverture, d’autres sont toujours aussi mécontents. La première réunion de travail du Grenelle des ondes concernait l’épineuse question des antennes relais et n’a apparemment pas convaincu tous les participants. Devant la détermination des associations et de certains maires à vouloir abaisser les seuils d’exposition, les opérateurs ont dû redoubler de force de persuasion. Pour l’instant, sans succès…

Aboutir à un consensus lors de la table ronde finale prévue pour le 25 mai prochain semble compromis. Même si la présidente de l’association Priartem, Janine Le Calvez, reconnaît « qu’il y a eu des signes d’ouverture, sur la méthodologie comme sur le fond », les débats ont été houleux. Alors que les études sur la nocivité des antennes relais se contredisent, le principe de précaution n’est pas appliqué. Ce que ne comprennent pas les associations.

D’autres pays s’y sont pourtant résignés. L’Italie par exemple tolère des seuils compris entre 6 et 20 V/m. En Bulgarie, le seuil appliqué dans les zones d’habitation est fixé à 6 V/m. Autre exemple, Bruxelles s’apprête même à ne tolérer que des émissions à 3 V/m ! En France, les associations, à l’image des Robins des Toits et de Priartem vont même plus loin et réclament une réduction conséquente des seuils d’émission des antennes à 0,6 V/m ! Tollé des opérateurs de téléphonie qui jugent cette demande « irréaliste, en plus d’être sans fondement sanitaire ».

Quatre villes tests

ET AUSSI...

Ceux-ci se retrouvent d’ailleurs depuis quelques temps pris entre deux feux. D’une part, répondre à la demande des autorités d’assurer la couverture de 99 % du territoire et d'autre part, la contrainte de devoir démonter certaines antennes suite aux récentes décisions de justice. Or, si le seuil de 0,6 V/m était appliqué, les opérateurs invoquent des défaillances dans la couverture qui les obligerait à implanter toujours plus d’antennes ! Le problème reste entier, surtout si l’on considère la proposition émise par l’association Robin des Toits de tester les seuils d’émissions qu’ils préconisent dans certaines villes témoins. « Ce serait une expérience en grandeur nature qui permettrait de bien anticiper ce qui se passerait si on passait au seuil de 0,6 V/m », expose le porte-parole de l’association, Etienne Cendrier.

Les villes qui ont accepté de se prêter au jeu, s’il est mené, sont au nombre de quatre. Courbevoie (Hauts-de-Seine), Le Vigan (Gard), Niergnies (Nord) et Hérouville-Saint-Clair (Calvados) seraient les premières à adopter le seuil qui fait polémique. Cette commune du Calvados avait déjà récemment fait parler d’elle en coupant le Wi-Fi dans les établissements scolaires. Son maire, Rodolphe Thomas a les idées claires à propos des seuils limites : « Tant que les opérateurs ne donnent pas toutes les garanties de sécurité sanitaire, il faut mettre en place le principe de précaution », argumente-t-il. Pointant du doigt le fait qu’il y a urgence à faire bouger les opérateurs.

Trois autres réunions pour capter un accord

Cette première réunion de travail aura donc vu chacune des parties camper sur ses positions. On peut donc craindre pour l’issue des négociations. Toutefois, pour tenter de tomber d’accord, une réunion supplémentaire a été accordée le 20 mai. Elle sera la troisième après les deux autres prévues pour les 14 et 15 mai prochains. Autre victoire pour les associations : la présence, lors de la réunion du 20 mai, de leurs scientifiques jamais jusqu’alors conviés aux discussions. Espérons que ces experts réussissent à mettre toutes les parties en présence sur la même longueur d’ondes…
 

A ne pas rater :
- Grenelle des ondes : le wifi coupé dans des écoles au nom du principe de précaution
- Téléphonie mobile : les ondes de la discorde débarquent au ministère
- Exposition aux antennes-relais: les résultats d'une étude contestée par des ONG

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent L’Autorité environnementale : instance d’évaluation du ministère du Développement durable
Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement