Politique

Publié le :
24/03/2009
Commentaires :
1
Envoyer à un ami

Téléphonie mobile: les ondes magnétiques troublent le consensus

Téléphonie mobile: les ondes magnétiques troublent le consensus
Agrandir l’image
© Secret Side - Fotolia.com
« 80 % des Français se disent favorables à une plus sévère réglementation du développement des antennes-relais »

En ce qui concerne les effets des champs électromagnétiques sur la santé, on est loin d’un consensus. Alors que l’étude scientifique Interphone se refuse à rendre des conclusions, faute d’accord sur le sujet, le débat reste ouvert. Réussira-t-on, un jour, à apporter des éléments tangibles qui mettent tout le monde d’accord ? Rien n’est moins sûr. En l’absence d’éléments avérés sur les risques encourus par la population, la justice commence tout de même à appliquer le principe de précaution. Une première en France qui n’a pas tardé à être reproduite…

Hier, au Sénat, était organisé un colloque sur le nouvel enjeu sanitaire lié aux ondes électromagnétiques des technologies sans fil. Organisé à l’initiative de sénateurs verts qui s’inquiètent du manque de débat sur la téléphonie mobile, le colloque n’a pas séduit les opérateurs de téléphone mobile, qui ont refusé d’y participer. A l’issue de cette réunion, deux sénateurs Verts, Marie-Christine Blandin et Jean Dessard doivent déposer une proposition de loi. Ils y réclament la mise en œuvre du principe de précaution, un durcissement de la réglementation, un abandon du Wi-Fi au profit de la fibre optique et une reconnaissance de l’électro-hypersensibilité en tant qu'handicap.

Une théorie effrayante

A l’occasion de ce colloque, un collège de quatre professeurs ( l'Allemand Franz Adlkofer, le Français Dominique Belpomme et les Suédois Lennart Hardell et Olle Johansson) a mis en garde contre des risques sanitaires, selon eux, avérés. « Les effets des champs électromagnétiques sur notre santé sont démontrés par l’observation clinique de très nombreuses investigations toxicologiques et biologiques et certaines études épidémiologiques », ont-ils affirmé. Ils estiment même que de plus en plus de malades sont devenus intolérants aux champs électromagnétiques et qu’on ne peut exclure l’évolution vers une maladie dégénérative du système nerveux. Mais sans remettre en cause la crédibilité de cette étude, menée par des praticiens renommés, comment lui accorder un crédit particulier ? En effet, toutes les thèses actuellement à l’étude se contredisent. D’un pays à l’autre, sur un même thème, les avis des experts divergent. Peut-on privilégier une théorie au dépend d’une autre ? Le dilemme reste entier.

Une justice précautionneuse

Mais il semblerait que la justice soit dorénavant plus encline à appliquer le principe de précaution. Le 4 février dernier, pour la première fois en France, l’opérateur Bouygues Telecom a subi une sentence exemplaire. La Cour d’appel de Versailles l’a condamné à démonter des antennes relais, implantées dans le département du Rhône, en raison de l’incertitude concernant un éventuel impact sur la santé des riverains. Mieux vaut prévenir que guérir ! En l’absence de preuves factuelles certifiées, il vaut mieux ne prendre aucun risque. Décision dont s’indigne l’avocat de l’opérateur, Maître Louis des Cars. « On se demande comment les opérateurs vont pouvoir développer leurs réseaux et répondre aux obligations de couverture du territoire qui leur sont imposés par l’Etat ». A ce sujet, ils vont probablement devoir revoir leur copie concernant les modalités d’implantation des antennes relais.

Concernant l’impact de ces antennes, le Premier ministre avait pourtant déclaré que l’hypothèse d’un risque pour la santé ne pouvait être retenue en l’état actuel des connaissances. Or, 80 % des Français se disent favorables à une plus sévère réglementation du développement des antennes relais. En revanche, il considère approprié d’appliquer le principe de précaution concernant l’impact de l’utilisation des téléphones mobiles sur la santé des personnes, reconnaissant toutefois qu’il n’existe aucune expertise disponible permettant de conclure au lien entre téléphonie mobile et cancer. Difficile de s’y retrouver ! La justice applique le principe de précaution quand le gouvernement s’en défend. Et au contraire, celui-ci le préconise quand bien même aucune étude ne permet de valider un quelconque caractère nocif.

Un « mini » Grenelle des antennes

Prochaine étape pour tenter de trouver une issue consensuelle. Une table ronde sur les effets potentiels des téléphones mobiles et des antennes relais se tiendra le 23 avril prochain au ministère de la Santé. Le format retenu sera celui du Grenelle de l’environnement, avec la participation des représentants des cinq collèges que sont l’Etat, les collectivités, les associations, les syndicats et les organisations patronales. Or, devant les précisions apportées par le Premier Ministre concernant la non-nocivité des antennes relais, le sénateur vert Jean Dessard estime que les dés sont déjà pipés, avant même de commencer… D’autres associations poussent même la critique plus loin en accusant le gouvernement et les industriels de minimiser les impacts sanitaires à des fins purement mercantiles. Il semble donc que le consensus sur cette question sensible de santé publique ne soit pas pour demain…ni pour le 23 avril !

Lire aussi :
- Grenelle de la téléphonie mobile : les associations invitées à participer au débat
- Les scientifiques ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la nocivité des téléphones portables
- Téléphones portables pour les enfants : les associations protestent
- Antennes-relais et téléphones mobiles: la table ronde reportée au 23 avril
- Orange incite à conserver les mobiles : une tentative « verte » ?




Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Biodiversité : le Vietnam se dote d’une nouvelle loi pour une gestion plus cohérente
Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel article suivant
Michel55, 29 / 03 / 2009 - 13:07
“Ce qui me choque quelque peu dans ce dossier, c'est que les autorités françaises semblent considérer comme nulles et non avenues les résultats des recherches effectuées par les autorités des autres pays. Ou mieux encore que ces études sont téléguidées par les groupes de pression écolo ou des associations anti- antennes.
L'exemple le plus remarquable étant l'avis de l'Académie de Médecine. Dans son communiqué, ele ne retient que l'avis de l'OMS comme probant. Or cet avis est ancien et l'OMS l'avait publié "sous réserve d'études épidiomologiques" Petit détail aussi, l'avis de l'Académie semble se limiter à dire sur une seule page A4: "NOus disons cela, donc nous avons raison!" Point à la ligne.
Pourtant, lorsqu'on lit le dossier émis par le Conseil Supérieur de la Santé belge , il apparaît directement que celui-ci est développé, complet et retient les arguments pour et contre. Mais comme il considère que les ondes peuvent être considérées comme maléfique, il est nul puisqu'émanant d'un pays ne sachant faire que des frites, du bon chocolat et de la bière.

lien: www.health.fgov.be/css puis dans le moteur de recheche taper soit "antenne" pour avoir les dossiers complets, soit sous la référence CSS n° 8519 dans la rubrique "avis et recommandations" le texte complet de la recommandation de la plus haute autorité médicale officielle belge”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence

Les mots-clés de l'actu

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?


Développement durable - tout savoir sur l'environnement