Envoyer à un ami

Marine de Bazelaire, Directrice du développement durable de HSBC France

Date de l'interview :
03 / 11 / 2011
Commentaires :
0
Note :
Note : 0/5

HSBC France, dont la holding est l’une des plus grandes banques du monde (la seconde entreprise mondiale selon le Forbes Global 2000), vient de publier son rapport développement durable 2010. Marine de Bazelaire, sa directrice du développement durable, nous expose ici quelques unes des initiatives et avancées réalisées. Elle nous renseigne également sur la façon dont la banque finance les projets, sujet sur lequel le secteur bancaire est régulièrement attaqué, ainsi que sur l’investissement responsable, véritable moteur de la croissance verte.

DeveloppementDurable.com : La banque HSBC a-t-elle des critères de sélection durables pour le financement de projets ?

Marine de Bazelaire : Tout à fait. Et HSBC est encore considérée comme précurseur en la matière. Nous sommes en effet l’un des premiers groupes à avoir signé les principes Equateur (ndlr : créées en 2003, ces principes signés par des grandes banques internationales impliquent la prise en compte de critères sociaux, sociétaux et environnementaux dans les financements des projets selon les standards édictés par la Banque mondiale).
Toutefois, nous avons considéré que ces principes n’étaient pas suffisants pour couvrir les risques environnementaux et sociaux de l’ensemble des projets que nous pouvions financer. Par conséquent, nous avons créé nos propres lignes directrices dès 2004. Nous avons ainsi aujourd’hui cinq guides sectoriels qui couvrent les cinq domaines qui nous paraissent représenter le plus de risques : la forêt et les produits dérivés de la forêt, l’industrie chimique, l’industrie extractive, l’eau douce et l’énergie, auxquels il faut ajouter celui du secteur de la défense. Les grandes lignes sont en accès public sur Internet.
HSBC, par exemple, qui applique ses directives de la même façon partout dans le monde, refusera de financer un projet qui n’assurerait pas la traçabilité du bois depuis la plantation jusqu’à la transformation finale.
Notre procédure se déroule de la sorte : lorsqu’un chargé de clientèle évalue la demande de financement d’un client, il remplit une grille d’évaluation du risque qui comporte ces critères extra-financiers. Si l’un d’eux est avéré, des équipes chargées de juger la conformité des projets, présentes dans l’ensemble des pays où HSBC est implantée, prennent alors le dossier en main. Ils peuvent donner leur accord ou signifier un refus. En seconde lecture, si le risque est de nouveau avéré, le dossier est alors soumis à la direction du développement durable, à Londres, qui tranche.

DD.com : Avec les contraintes qu’ils impliquent, les projets responsables sont-ils rentables ?

M. B. : Nous avons créé en 2008 une famille d’indices sur le changement climatique qui suit la performance des entreprises ayant une part significative de leur chiffre d’affaires lié au secteur de l’économie décarbonée (énergies renouvelables, bâtiment et transports durables, traitements des eaux et des déchets,…). Et il s’avère que la performance globale de ces quelque 140 sociétés est au moins en ligne avec les indices classiques du type CAC 40, voire supérieure. Ce qui nous amène à dire que si nos clients n’investissent pas dans ce type de secteurs, ils se privent d’un potentiel de performance.
Par ailleurs, pour ce qui est des produits d’investissement socialement responsables, nous constatons qu’ils ne surperforment pas, mais qu’ils ne sous-performent pas non plus par rapport aux autres produits équivalents. On ne peut donc pas dire que souscrire à ce type de produits, c’est de la philanthropie.

DD.com : Aidez-vous vos clients à calculer l’empreinte carbone de leurs placements financiers ?

M. B. : Pour l’instant, nous ne le faisons pas car nous considérons que les méthodes proposées ne sont pas pertinentes et abouties. Nous suivons toutefois de près ce qui se fait.

DD.com : Comment vos chargés de clientèle PME-PMI sont-ils sensibilisés et formés au développement durable ?

M. B. : Nous avons lancé un programme de sensibilisation des clients au développement durable il y a maintenant trois ans, adossé à une offre de produits et de services sur le sujet, et nos chargés de clientèle sont donc au fait de ces produits-là.
Nous travaillons également sur la sensibilisation de nos chargés de clientèle aux nouveaux secteurs. Il s’agit d’un chantier pour la période 2011-2012.

DD.com : Le télétravail a été mis en place chez HSBC fin 2010. Pouvez-faire un premier bilan de cette initiative ?

M. B. : Un premier bilan est prématuré. Mais notre première impression, c’est que ce changement de culture qui génère encore des réticences fait néanmoins l’objet d’une forte demande. Nous étions en phase expérimentale en 2010, nous sommes en déploiement en 2011.

DD.com : Quel bilan environnemental direct HSBC fait-elle pour 2010 ?

M. B. : Depuis 2005, HSBC s’est engagée à la neutralité carbone, considérant que si elle prenait position sur le changement climatique, elle devait être exemplaire. L’idée n’est pas uniquement de compenser, mais d’abord de mesurer nos consommations d’énergie, d’eau, de voyages, et notre production de déchets. Puis de convenir, de manière triennale, d’objectifs de réduction. Ainsi, nous définissons chaque année des plans d’actions concrets.
En 2010, ils nous ont permis de réduire nos consommations d’eau de 3 %, d’énergie de 9 %, de papier de 8 %, et notre production de déchets de 9 %.

DD.com : Le développement durable est-il pour HSBC une opportunité, une obligation, ou une contrainte ?

M. B. : Le développement durable est pour HSBC complètement intégré à la culture de l’entreprise. C’est un outil fort de cohésion interne. Et en termes de business, nos clients nous prouvent que cette économie se développe. Il faut donc qu’on l’accompagne.

Propos recueillis par Yann Cohignac

Site Web de HSBC

Consulter le rapport Développement Durable 2010 de HSBC France

  • Partager :

haut de page

Rechercher un éco-acteur

 
            


sujets des internautes

Engagement breton versus compromissions parisiennes, un jour dans l’histoire du solaire français

27 / 07 / 2011

Mercredi 20 juillet se sont télescopées deux actualités solaires en France. D’un côté, ...

Catégorie :
Insolite
Auteur :
Héloïm Sinclair

La transition énergétique, un axe fort du projet socialiste 2012

20 / 07 / 2011

L’on ne peut que déplorer que les élections soient devenues un casting pour bêtes politiques, un bal ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

Le gouvernement lance une étude sur la sortie du nucléaire, pour mieux y rester

13 / 07 / 2011

Le 8 Juillet, le ministre de l’Energie et de l’Industrie français, Eric Besson, était l’invité ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

« La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », un pavé dans la mare atom'cratique

06 / 07 / 2011

Avec son dernier ouvrage « La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », Corinne Lepage jette ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

24ème rencontres des acteurs de l'éducation à l'environnement

29 / 06 / 2011

Rendez-vous du 24 au 26 aout 2011 à Préfailles (Loire Atlantique), sur le thème de la cohérence entre ...

Catégorie :
Environnement
Auteur :
sebastien.froger

Alter Eco Festival : vendredi 10 juin au Cabaret Sauvage !

08 / 06 / 2011

Fort du succès de sa première édition, Alter Eco organise le deuxième Alter Eco Festival à ...

Catégorie :
Conso
Auteur :
altereco

1 | 2 | suivant >>

Poster un sujet

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement