Envoyer à un ami

Noé Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes

Date de l'interview :
28 / 09 / 2011
Commentaires :
0
Note :
Note : 0/5
Noé Pflieger
Agrandir l’image

Les Jeunes Écologistes ont pour objectif d’assurer la promotion de l’écologie politique auprès des jeunes. Ils reconnaissent les valeurs d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), et prennent part activement à leurs campagnes électorales. Ils revendiquent toutefois leur autonomie politique et leur indépendance quant aux affaires internes de leurs aînés. Noé Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes, nous en apprend plus sur ce mouvement grandissant...



DeveloppementDurable.com : Pouvez-vous présenter votre mouvement ?

Noé Pflieger : J’ai été élu secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes en août 2010, en binôme avec Marie Toussaint. Et nous travaillons toujours de cette façon. C’est notre mode de fonctionnement : les décisions sont ainsi prises de façon équitable et paritaire. La nouvelle élection aura lieu à Clermont-Ferrand aux journées d’été d’EELV, pendant lesquelles les Jeunes Ecologistes en profitent pour tenir également leur assemblée générale. Je ne me représenterai pas moi-même mais la nouvelle équipe semble très motivée, je suis donc confiant dans l’année à venir.
Le mouvement des Jeunes Ecologistes prend la forme d’une fédération qui marche en groupes locaux, présents dans toutes les grandes villes : Paris, Lyon, Nantes… Il y a un exécutif de sept à neuf personnes à la tête du mouvement, présidé par Marie et moi-même. Mais au niveau local, ce sont véritablement les groupes qui prennent leur décision en quasi autonomie.

DD.com : Quelles sont les grandes lignes de l’histoire de votre mouvement ?

N. P. : Aujourd’hui, en 2011, les Jeunes Ecologistes fêtent leurs 10 ans d’existence. A l’époque, le mouvement  puis Ecolo-J puis Chiche! à partir de 96. A partir de 2001, l’orientation était claire et le mouvement a été renommé La Souris Verte. Les jeunes de l’époque ne voulaient plus se contenter d’être associatif : ils voulaient clairement affirmer leur côté politique. Le débat entre écologistes perdure toujours, même chez les aînés : est-ce qu’on est écologiste indépendant ou de gauche ? Nous avons fait le choix de nous placer dans une écologie politique de gauche. Nous nous sommes successivement nommés les Jeunes Verts et, depuis le 29 janvier dernier, les Jeunes Ecologistes. Le mouvement prend de plus en plus d’ampleur puisque nous sommes déjà présents dans plus 20 régions et comptons plus de 500 adhérents, tous âgés entre 15 et 30 ans.

DD.com : Quelles sont vos liens avec EELV ?

N. P. : Non pas à l’inverse des autres mouvements de jeunesse, mais de façon différente, nous affirmons vraiment notre côté associatif. En cela, nous sommes un peu différents des mouvements comme les Jeunes Socialistes ou les Jeunes Populaires. Nous sommes véritablement une association à part entière, à côté du parti. On fonctionne en autonomie solidaire, c’est-à-dire solidaires avec les idées et les valeurs, mais on se réclame mouvement de jeunesse de l’écologie politique et non pas mouvement de jeunesse d’EELV. Ainsi, si un jour nous ne sommes plus en adéquation avec leur idées, nous ne serons pas obligés de les suivre. Mais jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de réelle dissension avec le parti. Nous contribuons à rajouter des propositions. Les jeunes qui rejoignent notre mouvement, venant de tout horizon, apportent chacun leur lot de nouvelles idées qui sont tout à fait pertinentes. On les développe ensemble et elles peuvent ensuite remonter parfois très haut…

DD.com : Quelles sont vos actions ?

N. P. : Nous avons généralement trois types de façon de fonctionner. Notre mode d’action principal sont les actions de rues car nous voulons être au maximum sur le terrain. Souvent, les jeunes qui viennent dans notre mouvement ne sont pas forcément des personnes très politisées mais désireuses de faire bouger les choses, d’agir dans la rue, de faire des actions décalées, etc. Par exemple, on a distribué des tracts en maillot de bain en plein mois de décembre, intitulés « Qui Chauffe pour Copenhague ? ». On s’était également déguisé en urnes électorales pour sensibiliser au vote aux cantonales et aux régionales (30 % des jeunes ne vont toujours pas voter).
Il y a également un pendant formation qui se passe surtout au niveau local. Les groupes s’organisent alors comme ils le souhaitent. A Rennes, par exemple, ils fonctionnent avec des auto-formations. Ils se retrouvent les uns chez les autres pour discuter de sujets d’actualité. Il y a également des formations au niveau national.
Enfin, il y a le volet politique : on se retrouve lors d’événements fédéraux pour débattre sur des idées et essayer de faire des propositions politiques concrètes.

DD.com : Quels sont les sujets d’actualité sur lesquels vous avez pris récemment position ?

N. P. : Lors des primaires écologistes, nous soutenions le futur candidat d’EELV, quel qu’il soit. Dans la tradition des écologistes, nous avons toujours dénoncé la stature présidentielle. On veut avant tout faire passer un programme et la personne choisie reste secondaire. Nous aurions ainsi autant soutenu Nicolas Hulot qu’Eva Joly. Quant à ses propos sur le défilé militaire de la fête nationale, nous sommes tout à fait d’accord avec elle. Elle a pris une position courageuse qui donne le ton des écologistes pour la campagne présidentielle. Souvent, les politiques n’aiment pas choquer, dire des choses qui dérangent. Ca s’est toujours passé comme cela, autant à droite qu’à gauche. Nous, nous sommes là pour dire des vérités. Ce défilé du 14 juillet donne l’image d’une France guerrière que l’on n’a pas envie d’être.

DD.com : Pensez-vous qu’un parti écologiste puisse arriver à la tête du pouvoir en France ?

N. P. : J’en suis intimement convaincu. Je pense que nous gagnons aujourd’hui une vraie crédibilité. Les Français réalisent parfaitement les enjeux climatiques et énergétiques qui se jouent aujourd’hui. On nous reproche de ne pas suffisamment parler de social ou d’économie mais tout est lié. Si l’on change de programme énergétique ou économique, cela créera de nouveaux emplois. Si l'on se dirige vers une société plus sobre en consommation d’énergie, cela aura un impact positif sur les dépenses des ménages, etc. Les élections législatives comptent aussi beaucoup pour nous, car ce sont finalement les députés qui votent les lois.

DD.com : Quelle sera votre démarche à l’approche des présidentielles de 2012 ?

N. P. : Nous travaillons sur une campagne que nous avons appelé « 2072, vois plus loin que le bout de ton mandat ». 2072 fait bien sûr écho à 2012. Nous souhaitons ainsi rappeler que les positions que nous prenons aujourd’hui auront des conséquences à très long terme. Nous lancerons cette campagne aux journées d’été. Elle durera tout le temps de la campagne présidentielle. Nous aborderons l’ensemble des sujets, autant ceux où l’on nous attend (climat, énergie, nucléaire…) que les autres : droits des homosexuels, non cumul des mandats… C’était difficile de faire un vrai programme car nous ne sommes pas un parti politique, mais nous avons tout de même tenu à faire 12 propositions pour 2012.

Propos recueillis par Pauline Meyniel

Le site des Jeunes Ecologistes: www.jeunes-ecologistes.org

  • Partager :

haut de page

Rechercher un éco-acteur

 
            


sujets des internautes

Engagement breton versus compromissions parisiennes, un jour dans l’histoire du solaire français

27 / 07 / 2011

Mercredi 20 juillet se sont télescopées deux actualités solaires en France. D’un côté, ...

Catégorie :
Insolite
Auteur :
Héloïm Sinclair

La transition énergétique, un axe fort du projet socialiste 2012

20 / 07 / 2011

L’on ne peut que déplorer que les élections soient devenues un casting pour bêtes politiques, un bal ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

Le gouvernement lance une étude sur la sortie du nucléaire, pour mieux y rester

13 / 07 / 2011

Le 8 Juillet, le ministre de l’Energie et de l’Industrie français, Eric Besson, était l’invité ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

« La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », un pavé dans la mare atom'cratique

06 / 07 / 2011

Avec son dernier ouvrage « La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », Corinne Lepage jette ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

24ème rencontres des acteurs de l'éducation à l'environnement

29 / 06 / 2011

Rendez-vous du 24 au 26 aout 2011 à Préfailles (Loire Atlantique), sur le thème de la cohérence entre ...

Catégorie :
Environnement
Auteur :
sebastien.froger

Alter Eco Festival : vendredi 10 juin au Cabaret Sauvage !

08 / 06 / 2011

Fort du succès de sa première édition, Alter Eco organise le deuxième Alter Eco Festival à ...

Catégorie :
Conso
Auteur :
altereco

1 | 2 | suivant >>

Poster un sujet

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière


Développement durable - tout savoir sur l'environnement