Envoyer à un ami

Francis Quinn, directeur du développement durable de L’Oréal

Date de l'interview :
25 / 08 / 2011
Commentaires :
0
Note :
Note : 0/5
Francis Quinn
Agrandir l’image

L’Oréal, le premier groupe cosmétique mondial, a bien des activités à gérer : Elsève, Elnett, Garnier, Fructis, Gemey-Maybelline, Airness, Daniel Hechter, Dop, Fluoryl, Franck Provost, Jacques Dessange, Jean Louis David, Mennen, Mixa, Narta, Ushuaïa, Vitell, Kookaï, ou encore Lancôme ne sont en effet qu’un échantillon des multiples entreprises conduites par l’une des principales capitalisations boursières du CAC 40. Sans compter la gestion des licences de marques comme Cacharel, Diesel, Giorgio Armani, Ralph Lauren ou Yves Saint Laurent (seulement pour les produits cosmétiques). Comment s’inscrire alors dans une démarche de développement durable avec une telle production ? Francis Quinn, directeur du développement durable de L’Oréal, nous détaille ses actions et sa stratégie…

DeveloppementDurable.com : Comment êtes-vous arrivé au poste de directeur du développement durable ?

Francis Quinn : Originaire d’Irlande, j’ai obtenu mon diplôme et mon doctorat en physique de l’état solide au Trinity College, à Dublin. Après ma thèse, je suis parti travailler dans un centre de recherche japonais pour le MITI (Ministry of International Trade and Industry). Et il y a 15 ans, je suis revenu du Japon pour travailler chez L’Oréal en recherche avancée, en science des matériaux. En tant que physicien spécialiste des matériaux biomimétiques (inspirés de la nature), j’ai intégré l’équipe de recherche des matières premières innovantes. Quand The Body Shop a rejoint le groupe en 2006, j’ai été chargé de l’intégration de cette société. Et c’est à la suite de cette expérience que j’ai finalement pris mes fonctions de directeur du développement durable. Environ 20% des responsables développement durable ont un parcours scientifique comme le mien. 35 à 45% viennent des sciences environnementales.

DD.com : L’Oréal affirme vouloir « faire partie des entreprises les plus exemplaires du 21ème siècle ». Quelle est pour vous la définition d’une entreprise exemplaire ?

F. Q. : C’est une entreprise qui ne se contente pas seulement de montrer ce qu’il faut faire quand il s’agit d’assumer ses responsabilités, mais qui implique également l’ensemble des parties prenantes. Prenons l’exemple du débat sur l’huile de palme : dès 2006, L’Oréal a décidé d’intégrer la RSPO (Round Table On Sustainable Palm Oil), créée par le WWF, et s’est engagé à cette occasion à ce que 100% de son huile de palme soit issue de cultures durables d’ici 2010. L’objectif ciblé a bien été atteint.
Nous attachons aussi beaucoup d’importance à notre empreinte carbone. Elle est actuellement évaluée à 186 000 tonnes de CO2 par an, ce qui est déjà très faible par rapport aux autres grandes entreprises. Mais nous nous sommes engagés à la réduire encore davantage : nous visons -50% d’ici 2015. Et nous comptons également réaliser 50% d’économies sur notre consommation d’eau et notre production de déchets. Ces objectifs ambitieux sont typiquement représentatifs de l’exemplarité de notre entreprise.

DD.com : L’Oréal réalise des rapports développement durable chaque année. Comment est-il établi ?

F. Q. : Pour publier ce rapport, nous avons décidé de passer d’un support papier à un support Web afin de le rendre accessible au plus grand nombre. Un rapport papier est en effet souvent trop long et/ou trop complexe, alors que sur le Web, notre rapport est structuré de telle manière que chacun(e) puisse trouver aussi bien des informations de base que des données techniques très complexes. De plus, il est possible ainsi d’accéder directement et aisément au sujet précis que l’on recherche. Ce support permet donc de faire passer beaucoup d’informations pertinentes sans noyer le lecteur sous des « tonnes » de données.
Le rôle du directeur du développement durable est par nature transversal. Je travaille en collaboration avec les équipes de recherche, de production, des finances, de la communication, de l’immobilier, du packaging, etc. Mon rôle est d’aider et d’encourager les initiatives en matière de développement durable. Je dois également faire réaliser aux équipes que cette thématique ne se résume pas à sa composante écologique, mais concerne tout autant le social et l’économie. Au cours de réunions annuelles, nous établissons des objectifs financiers, environnementaux… Il s’agit de concilier ces différentes priorités et de sensibiliser tous les acteurs. Plus tard, pour l’établissement du rapport, je compile et ordonne l’ensemble des données que m’envoient les équipes de chaque secteur. A peine terminé, nous nous fixons déjà de nouveaux objectifs. Ce rapport est avant tout une feuille de route pour l’avenir.

DD.com : Que fait L’Oréal pour le pilier social et humain du développement durable ?

F. Q. : L’Oréal est exemplaire en termes de diversité dans sa politique de recrutement. Aujourd’hui, nous avons plus de 60 nationalités représentées rien que pour les équipes de recherche. C’est très important pour nous qui commercialisons 150 produits par seconde dans plus de 130 pays. Nous estimons que la diversité de nos marchés doit se refléter dans notre entreprise. Une formation de 2 jours est d’ailleurs prévue pour tous les cadres de L’Oréal afin de leur expliquer l’importance de la diversité au sein d’une équipe, et comment l’optimiser. En termes de parité, L’Oréal compte 57% de femmes.
Comment gagner la confiance d’un milliard de personnes ayant des cultures si différentes ? Nous sommes convaincus que notre succès passera par l’acceptabilité de notre business strategy dans ces pays dont les principaux paramètres sont la performance, la qualité, l’innovation et le respect environnemental des produits. Nous nous efforçons également de maintenir une communication ouverte avec tous les consommateurs.

DD.com : Que représente le développement durable pour L’Oréal : une opportunité, une contrainte, une obligation… ?

F. Q. : Le rapport Brundtland, publié en 1989, est le premier à avoir présenté le développement durable sous la forme d’un triptyque : social, économie et environnement. Les relations entre ces trois secteurs étaient présentées comme devant être viables, vivables, équitables… des mots qui expriment une certaine idée de contrainte. L’Oréal ne perçoit pas du tout le développement durable comme une contrainte. Au contraire, c’est un gage de confiance, de qualité et un avantage concurrentiel. Plus de 40% de nos produits viennent de ressources renouvelables, 500 sont certifiés Ecocert, et tous nos produits font l’objet d’un bilan environnemental.

DD.com : Quels sont les projets de L’Oréal en matière de développement durable ?

F. Q. : Nous sommes en train de construire une nouvelle politique des achats très intéressante, indépendamment de nos programmes actuels de commerce équitable. Ces derniers sont néanmoins très pertinents : The Body Shop avait construit le « Community Trade », activité que l’entreprise a partagée et perpétuée avec nous quand la société a rejoint L’Oréal.

Propos recueillis par Yann Cohignac

Pour en savoir plus : www.developpementdurable.loreal.com

Lire également l'interview de Jennifer Campbell, secrétaire générale de la Fondation d'entreprise L’Oréal

  • Partager :

haut de page

Rechercher un éco-acteur

 
            


sujets des internautes

Engagement breton versus compromissions parisiennes, un jour dans l’histoire du solaire français

27 / 07 / 2011

Mercredi 20 juillet se sont télescopées deux actualités solaires en France. D’un côté, ...

Catégorie :
Insolite
Auteur :
Héloïm Sinclair

La transition énergétique, un axe fort du projet socialiste 2012

20 / 07 / 2011

L’on ne peut que déplorer que les élections soient devenues un casting pour bêtes politiques, un bal ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

Le gouvernement lance une étude sur la sortie du nucléaire, pour mieux y rester

13 / 07 / 2011

Le 8 Juillet, le ministre de l’Energie et de l’Industrie français, Eric Besson, était l’invité ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

« La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », un pavé dans la mare atom'cratique

06 / 07 / 2011

Avec son dernier ouvrage « La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », Corinne Lepage jette ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

24ème rencontres des acteurs de l'éducation à l'environnement

29 / 06 / 2011

Rendez-vous du 24 au 26 aout 2011 à Préfailles (Loire Atlantique), sur le thème de la cohérence entre ...

Catégorie :
Environnement
Auteur :
sebastien.froger

Alter Eco Festival : vendredi 10 juin au Cabaret Sauvage !

08 / 06 / 2011

Fort du succès de sa première édition, Alter Eco organise le deuxième Alter Eco Festival à ...

Catégorie :
Conso
Auteur :
altereco

1 | 2 | suivant >>

Poster un sujet

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?


Développement durable - tout savoir sur l'environnement