Envoyer à un ami

Atanase Périfan, président de l'association Voisins Solidaires

Date de l'interview :
22 / 12 / 2010
Commentaires :
0
Note :
Note : 3/5
Atanase Périfan
Agrandir l’image

Si Noël est synonyme, pour beaucoup d’entre nous, de rassemblement et de communion en famille, c’est aussi une période d’exclusion pour certains. Toutefois, au sein de son voisinage, chacun peut agir en offrant un sourire ou un « Joyeux Noël » aux personnes les plus isolées. Après la Fête des Voisins, l’Eté des Voisins et Eco-voisins, l’opération Noël des voisins œuvre en ce sens. Le « père » de tous ces rassemblements, Atanase Périfan, nous expose sa vision d’une société juste où règnent en maîtresses entraide et réciprocité.

DeveloppementDurable.com : Pouvez-vous nous présenter votre parcours personnel ?

Atanase Périfan : J’ai monté une entreprise avec quelques amis il y a 20 ans : nous aidions les grandes causes humanitaires à mettre en place des stratégies de mobilisation. Nous avons par exemple travaillé pour le Téléthon ou pour les Pièces Jaunes. Je suis également, au sein de la mairie du 17e arrondissement de Paris, en charge de la solidarité. L’aspect social est donc bien présent dans toutes mes activités, je suis un vrai entrepreneur social.

dd.com : Quel événement vous a fait prendre conscience de l’importance de tisser de bonnes relations de voisinage ?

A. P. : Un choc ! Lorsque j’étais jeune élu, nous avons découvert une personne décédée qui gisait depuis un mois dans son appartement. J’ai alors pris conscience qu’il se cache, derrière l’épaisseur de nos murs, des détresses invisibles. Il y a 10 ans, j’ai donc lancé « la Fête des Voisins » : un excellent moyen d’aller frapper aux portes et de découvrir que des personnes sympathiques juste à côté de chez nous éprouvent peut-être de grandes difficultés.

dd.com : Pouvez-vous nous détailler la chronologie de la création des différentes initiatives ?

A. P. : En 1990, j’ai crée ma première association de solidarité, Paris d’ami. Nous avons lancé, à l’époque, le programme « Immeubles en fête ». En 2000, rebaptisée « Fête des Voisins », nous l’avons étendue au pays tout entier. Puis à l’Europe, en 2003, et enfin au monde (33 pays), en 2007. Enfin, en 2009, nous lancions l'association « Voisins solidaires ».

dd.com : Chaque année, la Fête des Voisins est un grand succès de fraternité et de partage. En 2010, près de 7 millions de Français y ont participé. Mais savez-vous, au total, combien d’individus agissent au quotidien pour renouer des liens avec leur voisinage ?

A. P. : 7 millions de Français participent à « la Fête des Voisins » et 500 000 sont inscrits aux « Voisins Solidaires ». L’idée, c’est d’inciter ceux qui font « la Fête des Voisins » à prolonger la démarche toute l’année. C’est un beau projet, il y a beaucoup à faire. Hier soir, j’étais à Vanves, devant une salle de 180 personnes souhaitant adhérer à « Voisins solidaires ». Nous leur avons passé la parole, ils transpiraient tous la générosité ! Jamais la société n’a été autant en quête de sens.

dd.com : En quoi consiste l’opération « Eco-voisins » ?

A. P. : La problématique est la suivante : comment trouver dans son immeuble ou son lotissement un voisin sensibilisé au développement durable et qui initiera les autres ? L’éco-voisin, c’est un référent, celui qui explique quelle matière se recycle, celui qui aide les personnes âgées à trier, celui qui descend les poubelles des malades…

7 500 personnes ont déjà téléchargé le kit sur notre site. Ce n’est pas encore suffisant mais c’est un bon début. Surtout si l’on considère qu’une affiche est destinée aux 30 personnes d’un même immeuble. Au total, 225 000 voisins auront compris la démarche !

dd.com : Quels conseils donneriez-vous à un particulier qui souhaite s’engager pour le Noël des Voisins mais qui ne sait pas comment s’y prendre ?

A. P. : Je lui dirais d’oser et d’avoir l’audace de l’optimisme. Je lui dirais aussi de faire les choses avec son cœur, ses tripes et peu importe le « qu’en dira-t-on » ! Un petit mot dans une boîte aux lettres pour souhaiter un Joyeux Noël ou tout simplement pour témoigner sa présence, c’est facile et à la portée de tous. Mais le « Noël des Voisins », c’est peut-être aussi un dessin fait par un enfant ou la décoration du hall de l’immeuble. Ce ne sont que des prétextes pour se rapprocher les uns des autres. Gardons bien à l’esprit que le bonheur passe par notre capacité à échanger et à partager.

dd.com : Ne pensez-vous pas que ces liens se nouent du fait de l’émergence des valeurs liées au développement durable ?

A. P. : Nous sommes dans un monde où jamais la relation à l’autre n’a été aussi compliquée. La transaction est purement et simplement en train de tuer la relation. Les gens sont méfiants et confrontés à leurs propres problèmes. S’installe alors une solitude de laquelle il est dur de sortir. Et soyons clairs, il n’y a pas qu’à 95 ans en période de canicule, qu’on se sent seul ! Un jeune de 25 ans qui gagne 5 000 € par mois peut se sentir seul. Tout comme on peut se sentir seul au sein même de son couple.

Le prix de notre confort matériel est peut-être un peu cher payé. Certes, nous vivons beaucoup mieux que nos grands-parents mais le matérialisme et l’hyperconsommation font qu’on ne consomme jamais ensemble. Attention, je ne suis pas du tout pessimiste. Au contraire, je suis quelqu’un d’enthousiaste. Je constate juste que règnent l’isolement, la solitude, le repli sur soi et la défiance. Mais il y a aussi d’importants gisements de générosité chez les gens, ils ont juste plus de mal à l’exprimer. Et quand je dis « ils », je parle de nous tous bien sûr !

Ceci étant dit, je trouve primordial, comme nous le faisons avec les programmes des « Voisins solidaires » de donner des occasions de faciliter les relations. J’aime me décrire comme un facilitateur de relations !

Ensuite, ce qu’il ne faut pas oublier non plus, c’est qu’au sein de notre pays, il n’existe pas de projet partagé. Prenez les joueurs de l’Equipe de France par exemple. Individuellement, ils ne sont pas mauvais. Mais ce qu’ils nous ont montré, c’est que sur le terrain, ils n’avaient pas envie de partager quoi que ce soit. C’est la notion même de so-li-da-ri-té. Dans nos sociétés, le lien se délite, les gens n’ont plus envie de partager, on ne leur montre pas l’exemple, on ne leur dit pas que c’est bon. Moi non plus, je ne suis pas parfait, j’ai en moi une part d’individualisme, d’égoïsme, d’envie de séduire, de goût du pouvoir, comme tout le monde. Mais j’ai aussi en moi une part de générosité. Je crois fermement que si l’on parvient à créer un projet qui enthousiasme les gens et qui les fasse grandir, ils auront envie de donner le meilleur d’eux-mêmes. Substituons une logique de devoir à une logique de sens. Soyons généreux, c’est bon pour le moral ! Chacun a quelque chose à apporter à l’autre, chacun a de la valeur, tout est question de solidarité et de réciprocité.

dd.com : La solidarité de proximité s’exporte-t-elle bien ?

A. P. : Très bien ! 33 pays et 1 400 mairies et bailleurs sociaux européens participent à la « Fête des Voisins ». Je préside la Fédération européenne des solidarités, je voyage donc beaucoup et je peux vous dire que partout, c’est le même problème. La même solitude, le même matérialisme mais aussi et surtout la même générosité. Et pour mettre les gens en mouvement, le même discours : leur dire qu’on veut les aider mais qu’en retour nous avons besoin d’eux. La réciprocité, encore et toujours !

dd.com : Quelles sont les missions de la Fédération européenne des solidarités de proximité dont vous occupez la présidence ?

A. P. : Développer les solidarités de proximité partout en Europe et sur la planète. Nous faisons du lobbying auprès des institutions européennes, nous rencontrons les élus, les ministres. Nous pensons que la solidarité repose sur trois piliers : la famille, l’institution (associations, mairies) et le voisinage. Parvenir à lier les trois ? Nous serions trop élitistes ! Or, si on regarde autour de nous, on constate un vieillissement de la population, une fragilisation de la cellule familiale, une banqueroute de la société. Dans ces conditions, il devient primordial de stimuler la solidarité de proximité.

dd.com : Quels sont vos prochains projets ?

A. P. : Nous préparons actuellement « les 48h Voisins Solidaires ». Nous voulons que tout le pays se mobilise pendant 48 heures au cours desquelles chacun devra faire un geste pour son voisin. C’est vraiment très simple, nous ne demandons pas d’argent aux gens, nous leur demandons juste d’agir. Nous rêvons de changer le monde, autant œuvrer tous ensemble !

Propos recueillis par Albane Wurtz

Pour en savoir plus : le site de Voisins Solidaires et de la Fête des Voisins

  • Partager :

haut de page

Ils en parlent sur le forum !

Section Sujet Posts

Rechercher un éco-acteur

 
            


sujets des internautes

Engagement breton versus compromissions parisiennes, un jour dans l’histoire du solaire français

27 / 07 / 2011

Mercredi 20 juillet se sont télescopées deux actualités solaires en France. D’un côté, ...

Catégorie :
Insolite
Auteur :
Héloïm Sinclair

La transition énergétique, un axe fort du projet socialiste 2012

20 / 07 / 2011

L’on ne peut que déplorer que les élections soient devenues un casting pour bêtes politiques, un bal ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

Le gouvernement lance une étude sur la sortie du nucléaire, pour mieux y rester

13 / 07 / 2011

Le 8 Juillet, le ministre de l’Energie et de l’Industrie français, Eric Besson, était l’invité ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

« La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », un pavé dans la mare atom'cratique

06 / 07 / 2011

Avec son dernier ouvrage « La vérité sur le nucléaire, le choix interdit », Corinne Lepage jette ...

Catégorie :
Politique
Auteur :
Héloïm Sinclair

24ème rencontres des acteurs de l'éducation à l'environnement

29 / 06 / 2011

Rendez-vous du 24 au 26 aout 2011 à Préfailles (Loire Atlantique), sur le thème de la cohérence entre ...

Catégorie :
Environnement
Auteur :
sebastien.froger

Alter Eco Festival : vendredi 10 juin au Cabaret Sauvage !

08 / 06 / 2011

Fort du succès de sa première édition, Alter Eco organise le deuxième Alter Eco Festival à ...

Catégorie :
Conso
Auteur :
altereco

1 | 2 | suivant >>

Poster un sujet

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique


Développement durable - tout savoir sur l'environnement