Insolite

Publié le :
02/01/2009
Commentaires :
2
Envoyer à un ami

Trafic de déchets : l’argent n’a pas d’odeur

Des trafiquants de déchets sévissent en France

Trafic de déchets : l’argent n’a pas d’odeur
Agrandir l’image
fotolia.com
« Le commerce international continue à se développer et des contrôles de plus en plus sévères au niveau national font augmenter les coûts de stockage des déchets toxiques dans les pays développés. Cela incite au transport illégal des déchets »

On pourrait croire l’Hexagone à l’abri du trafic illégal de déchets, penser que les pratiques mafieuses répandues en Italie sont impossibles dans notre pays. Mais il n’en est rien. La preuve…

L’affaire a été révélée au mois de novembre par le quotidien Ouest-France : 40 000 tonnes de résidus toxiques de broyage automobile ont été illégalement enfouis sur un terrain près de Falaise, dans le Calvados. La société Guy Dauphin environnement est responsable de la pollution qui menace une nappe phréatique.

Pour comprendre, il faut remonter en 2002. Yvan Gautier, brocanteur, veut alors reboucher un trou sur son terrain. Il trouve une solution : GDE lui propose de le combler avec des gravats, en lui offrant deux euros par tonne. Ravi, l’homme laisse l’entreprise travailler pendant cinq mois.

Mais il y a quelques mois, voilà que René Hamel, membre de l’Observatoire de l’écologie, de l’environnement et de l’aménagement du territoire (association écologiste), lui annonce que les soi-disant gravats enfouis sur son terrain sont en fait des résidus dangereux de broyage automobile. Déchets qui pourraient contaminer la nappe phréatique alimentant la commune de Falaise.

Une société aux pratiques douteuses

Yves Gautier contacte alors GDE pour obtenir des explications. « La discussion fut courte. Un mois plus tard, une société d’investisseurs suisses a acheté ma brocante. Je n’ai pas pu négocier le prix ni obtenir un bail précaire de deux ans pour déménager mon activité ». En fait, M. Gautier doit vider les lieux avant fin février… Etrange !

En tout cas, les soupçons de René Hamel étaient fondés : la DRIRE (direction régionale de l’industrie, la recherche et l’environnement), a depuis effectué des analyses et fait apparaître la présence de PCB toxiques et de métaux lourds, comme le plomb.

Et ce n’est pas tout : l’écologiste suspectait également une décharge du même type non loin de là, à Soumont-Saint-Quentin, dans d’anciennes mines. Là encore, il ne s’était pas trompé : la DRIRE y a découvert le mois dernier 15 000 tonnes de déchets enfouis illégalement. L’auteur ? Guy Dauphin Environnement.

L’entreprise, qui reconnait les faits, parle de « dysfonctionnements. Nous sommes passées par une de nos filiales suisses pour acquérir ces terrains. Nous allons aussi mener une étude géologique pour vérifier qu’aucune menace ne pèse sur la nappe phréatique », a déclaré Bruno Le Sech, secrétaire général du groupe, dans les colonnes de Ouest-France.

GDE serait même prêt à nettoyer intégralement les sites. Le procureur se réserve pour l’instant le droit de poursuivre et un procès verbal a déjà été dressé. La Fédération nationale de l’environnement, elle, a déposé plainte contre X.

Autre lieu, autre trafic

L’information avait été révélée en septembre dernier par La Voix du Nord : le site sidérurgique Sollac (Dunkerque), filiale du groupe Arcelor-Mittal, aurait « blanchi » plusieurs millions de tonnes de déchets de fioul naphtalisé entre 1993 et 2004. Ils auraient été dissimulés aux autorités pour ne pas être retraités et revendus en Belgique sous forme de carburant pour tankers.

Le Parquet de Dunkerque a ouvert une information judiciaire pour « corruption, concussion, faux et usages de faux documents administratifs et exportation non-déclarée pour élimination dans l’Union européenne de déchets nuisibles ». Elle concerne Arcelor Atlantique et Lorraine, la Sonolub (société de valorisation des déchets), Rubis Terminal (stockage d’hydrocarbures) et Agena Tramp (agent maritime).

Selon le quotidien nordiste, le trafic a permis de s’enrichir au détriment de l’Etat, en permettant des remboursements de TIPP (taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers), et rapporter plusieurs millions d’euros à ses auteurs.

Le ministère de l’Ecologie a précisé dans cette affaire que le producteur d’un déchet était responsable de son élimination jusqu’à la fin. L’association Mouvement national de lutte pour l’environnement (MNLE) Nord-Pas-de-Calais a quant à elle décidé de se constituer partie civile contre Arcelor.
 

Yann Cohignac

  Laisser un commentaire

<< page précédente
Italie : la Mafia menace l’environnement
OREEAT, 25 / 01 / 2009 - 8:42
“Nous sommes les webmasters d'OREEAT, souhaitez vous être dans la liste de diffusion Presse, communiquez votre adresse courriel sur hamel.rene@wanadoo.fr
L'actualité GDE-TRAFIGURA, actuellement 3 sites identifiés, 3 autres en cours de caractérisation, pour des valeurs dépassant les 100.000 tonnes.
Le constitutif des déchets et la teneur en métaux lourds et autres produits chimiques complexes attestent que le seul broyage de véhicules (mêmes mals ou peu dépollués)ne peut justifier la présence de ces éléments, il s'agirait en fait de RB Refus de Broyage issus d'autres produits manufacturés (transformateurs ? frigos ? électro ménager ou DEEE non dépollués ?) à suivre”
bcomte, 05 / 01 / 2009 - 13:28
“Entre ceux qui blanchissent l'argent des déchets et ceux qui blanchissent directement les déchets, il y a quand même de quoi s'inquiéter. Ces dysfonctionnements montrent le peu d'importance que représente pour certain l'avenir de la planète. il faut peut être une législation plus sévère, quelque chose qui soit réellement dissuasif.”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?


Développement durable - tout savoir sur l'environnement