Insolite

Publié le :
09/07/2009
Commentaires :
6
Envoyer à un ami

Les femmes afghanes se taisent pour survivre !

Les femmes afghanes se taisent pour survivre !
Agrandir l’image
© Lori Martin - Fotolia.com
« Tout le monde sait, tout le monde tolère. La violence envers les femmes est inscrite dans les mœurs »

Réjouissons-nous femmes françaises ! Mais n’en oublions pas pour autant le sort des femmes maltraitées, trop nombreuses. Un récent rapport de l’ONU publié hier (8 juillet) pointe du doigt le sort abominable réservé aux femmes afghanes. Et ce malgré la chute du régime taliban. Viols, violences, chantages, négation de tous les droits… les femmes afghanes ne sont que des épouses et des mères. Une situation contraire aux droits de l’Homme…

Soyons réalistes ! La parité homme-femme est un problème typiquement occidental. Les femmes afghanes ne peuvent qu’en rêver. Elles, à qui l’on nie jusqu’à leur condition d’êtres pensantes. Là-bas, le libre-arbitre féminin n’existe pas, il est confié au mari !

Le rapport de l’ONU met en lumière une situation que l’on a trop tendance à oublier. Malgré la chute du régime des talibans, il y a huit ans, la violence envers les femmes ne cesse de progresser et reste majoritairement impunie. Et le problème n’est pas, comme le confirme le rapport, que la violence soit tolérée, car elle ne l’est pas. Mais pire encore, elle n’est pas condamnée. Comme si la conscience collective était recouverte d’une burqa qui l’empêche de voir. Les gens savent mais ne veulent pas voir. C’est là toute l’hypocrisie du système. Tout le monde sait, tout le monde tolère. La violence envers les femmes est inscrite dans les mœurs.

Si l’on ne peut pas changer les dogmes religieux, on peut toujours condamner l’inacceptable. Les pratiques et les coutumes sont profondément enracinées, prétendre les faire évoluer ne serait que fantasme. Cette violence revêt plusieurs formes. Le rapport insiste sur « la tendance croissante » à la violence et aux menaces contre les femmes publiques. Pour elles, la sanction est sans appel : viol, violence ou mort. Mais la violence n’est pas exclusivement physique, elle touche aussi essentiellement à la dignité ou à la condition humaine. Trafics, enlèvements, échanges, mariages forcés… il ne fait pas bon naître femme dans ces pays.

Seules contre tous !

ET AUSSI...

Et le président Hamid Karzaï ne semble pas prêt à y mettre un terme. Il a signé en avril dernier une loi restreignant davantage, s’il en faut, les droits des femmes chiites. Rappelons qu’en Afghanistan, les chiites ne représentent que 10 % des musulmans. La teneur de la loi a un goût prononcé de déni de la femme. Interdiction de quitter le domicile conjugal, sauf pour raisons légitimes. Interdiction de travailler ou de recevoir une éducation sans autorisation du chef de famille. Permission explicite du viol conjugal. Réduction du droit des mères à obtenir la garde des enfants en cas de divorce. Impossibilité d’hériter des terres ou de la maison de son mari. Bien évidemment, le contraire est possible.

Heureusement, dans un contexte aussi scandaleux, certaines femmes osent se lever et entamer le combat. En silence. Certaines ONG se battent à leurs côtés. C’est le cas de Business Council for Peace qui aide les femmes à créer et à développer des entreprises. Au péril de leur vie. Mais au-delà du sentiment de révolte pour ces femmes brimées, bafouées et tenues au silence, que faire ? Comment les aider ? Le peut-on réellement ? Le problème n’est-il pas tellement ancré dans la société que seule une éducation à l’égalité des sexes dès le plus jeune âge pourrait tout remettre en cause ? Y a-t-il seulement une issue pour ces femmes qui n’ont pas choisi de naître du mauvais côté de la barrière des genres ?
 

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Climat : des militants de Greenpeace escaladent le Mont Rushmore pour appeler Obama à être un homme d'action
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant
ya basta, 17 / 07 / 2009 - 17:29
“D'accord avec Lutin , il n' y a malheureusement pas qu'en Afghanistan que les femmes sont considérées comme des objets; La solution? La mixité à l'école pourrait en faire partie, mais est ce possible dans ces pays où les femmes, donc les petites filles, n'ont pas le droit à l'éducation? Les pays dits civilisés dont nous pensons faire partie en occident ne se gênent pas pour intervenir dans les pays émergents pour défendre leurs intérêts économiques,il faudrait peut être penser à des mesures obligeant les chefs d'Etat au respect des citoyennes. Je réfute expressément la notion d'égalité hommes/femmes, car de facto nous ne sommes pas égaux, par contre je défends le respect de tout être humain et l'égalité des droits civiques pour tous.”
pierreetesther, 16 / 07 / 2009 - 9:42
“il faudraitdéjà commencer par rebaptiser les droits de l'homme par les "DROITS DES ETRES HUMAINS"”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !


Développement durable - tout savoir sur l'environnement