Insolite

Publié le :
23/06/2009
Commentaires :
6
Envoyer à un ami

La biopiraterie : parce que le profit le vaut bien !

La biopiraterie : parce que le profit le vaut bien !
Agrandir l’image
Martin Harvey / Getty Images
« La propriété intellectuelle prime sur les pratiques ancestrales, niant l’antériorité du savoir des peuples en affirmant un pseudo principe d’inventivité »

L’engouement pour les produits bio masque des pratiques honteuses. Dans la course à la nouveauté, les firmes cosmétiques rivalisent de fourberie. Pour trouver l’ingrédient miracle qui passionnera les consommateurs ignorants que nous sommes, certains n’hésitent pas à s’approprier des traditions ancestrales nécessaires à la survivance de peuples autochtones. Cette pratique éhontée porte un nom : la biopiraterie.

Pillage, destruction, appropriation, vol…autant de synonymes à la biopiraterie. L’attrait croissant pour le secteur bio favorise le pillage des ressources naturelles et des savoirs des pays du Sud. Dans la course au profit, les firmes se concurrencent à grands renforts de brevets déposés. C’est à qui trouvera telle plante traditionnelle et se l’appropriera… Les fondements même du développement durable sont ici remis en cause. Pour le secteur du bio, un comble !

La biopiraterie favorisée par le droit international

En pillant les ressources naturelles des peuples, les industries du bio commettent un véritable crime contre la tradition. En brevetant les plantes chères à la survivance des ces peuples, ils font main basse sur la biodiversité. Les forêts primaires ne seront bientôt plus qu’une accumulation de brevets, les plantes ne seront plus que des numéros nécessaires au profit. Et le consommateur, à l’autre bout de la chaîne, est bien loin de se douter de ce qui se trame. S’il savait que la crème onctueuse qu’il étale sur son visage est issue d’une plante ancestrale chère aux pratiques de peuples autochtones ! S’il savait qu’à cause de lui, ces mêmes peuples sont spoliés de leurs ressources ancestrales !

Il faut avouer que le droit international n’est guère favorable aux peuples traditionnels. La propriété intellectuelle prime sur les pratiques ancestrales, niant l’antériorité du savoir des peuples en affirmant un pseudo principe d’inventivité. En clair, quand vous déposez un brevet sur une plante, vous en devenez le propriétaire même si d’autres l’utilisent pour survivre depuis des siècles.

Un espoir toutefois : la Convention sur la diversité biologique signée en 1992 lors du Sommet de la Terre à Rio. Seul instrument de lutte contre le mercantilisme occidental, il reconnaît l’existence et la contribution des savoirs traditionnels autochtones et pose deux principes fondamentaux pour l’accès aux ressources liées à ces savoirs. En effet, il impose l’obligation d’information des populations autochtones et la juste répartition des profits qui en découleront.

Neem : un espoir pour les peuples

ET AUSSI...

Cet instrument représente bien évidemment une avancée dans la défense et la reconnaissance des pratiques ancestrales mais ne résout pas totalement le problème. Les brevets accordent le titre de propriété à une personne physique. Or, les traditions de ces populations se transmettent par voie orale, il leur est donc impossible d’attester par un quelconque acte écrit la primauté de leurs traditions. Le fait qu’ils utilisent ces ressources biologiques depuis des siècles pour leur propre survivance n’est pas suffisant. Une hérésie, un crime ! Comment le droit international peut-il justifier cela ?

Une brèche a néanmoins été ouverte par un cas qui fait désormais jurisprudence. Le Neem ou margousier indien, utilisé en Inde depuis 2 000 ans en agriculture, en cosmétique et en médecine a fait l’objet de plusieurs dizaines de brevets. Le combat a duré dix ans et s’est soldé par une victoire des peuples autochtones. L’office européen des brevets a reconnu l’antériorité des savoirs traditionnels indiens sur le Neem.

Ragaillardis par cette décision de justice, le collectif Biopiraterie (qui regroupe différentes associations telles que Sherpa, France Libertés, la Commission internationale pour les droits des peuples autochtones et Paroles de Nature) redouble d’efforts pour relayer le droit de ces peuples à préserver leurs ressources et à valoriser leurs savoirs traditionnels.

Haro sur les brevets illégitimes ! Face à la détermination des associations et pour que soient respectés les principes mêmes du développement durable (prôné par les mêmes firmes qui n’hésitent pas à piller les ressources biologiques), l’OMC et l’OMPI (propriété intellectuelle) réfléchissent actuellement aux moyens d’accueillir ces savoirs traditionnels dans le droit international et de les intégrer dans la propriété intellectuelle. En France, les Verts vont déposer un projet de loi pour réprimer les agissements de biopiraterie des entreprises.
 

Pour en savoir plus, consultez le site du collectif biopiraterie, de la Convention sur la diversité biologique, et de l'OMPI

A ne pas rater :
- Etre écolo, ça peut rapporter gros !
- 92% des Français prêts à changer de mode de consommation pour préserver la planète
- La consommation de produits bio progresse en France

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Concert : Entrée gratuite si on recycle !
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant
edouardo, 25 / 06 / 2009 - 10:46
“l'industrie du bio devient une industrie comme une autre, au niveau cosmetique cela devient du n'importe quoi au profit de l'argent. On a tendance à penser que tout ce qui marqué BIO est bon pour la planète, GROSSE ERREUR, malheureusement pour ces peuples que l'on pillent. Il est nécessaire de réagir par rapport à cela, BIO n'est pas égal à écologique, et ceci dans tous les domaines (des fraises bio d'espagne vendues en normandie n'a rien d'écolo).
Enfin j'espère que les gouvernemts réagiront à temps pour sauver ces peuples de cette biopiraterie.”
Lutin, 25 / 06 / 2009 - 9:43
“C'est déplorable et ignoble ! Il en va de même (sauf qu'on n'usurpe pas directement les biens découverts et connus d'autrui)pour les gènes, puisque les laboratoires qui séquencent les portions fonctionnelles d'ADN les brevettent! Bien sûr...
Comme s'ils pouvaient se prévaloir d'en être les maîtres. Il faudrait qu'ils revoient un peu l'histoire de l'évolution, qu'ils soient croyants ou pas. De toute façon en fonction de leur sensibilité religieuse ils ont à leur disposition deux théories et aucune d'entre elles ne fait état de "scientifiques fous" ( et encore moins de grosses multinationales avides de profits) qui ont "mis au point" l'ancêtre commun des hominidés ou autre... Ou est-ce que je ne suis pas à jour ?”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

Les mots-clés de l'actu

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !


Développement durable - tout savoir sur l'environnement