Insolite

Publié le :
29/04/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Ecoprod : quand la télé et le cinéma parlent de développement durable

Ecoprod : quand la télé et le cinéma parlent de développement durable
Agrandir l’image
© DeshaCAM - Fotolia.com
« Pour le millième épisode de Plus belle la vie, un bilan a été réalisé : 70 000 litres d’essence et plus d’un million de Kwh consommés »

La filière audiovisuelle et cinématographique est un excellent vecteur d’éducation au développement durable. Le public est sensibilisé et commence à faire évoluer ses habitudes de consommation. Mais les médias, eux, que font-ils en interne pour réduire leur empreinte carbone? Initié par la série américaine 24H chrono, le développement durable s’immisce désormais dans les filières de production audiovisuelle française.

Si Jack Bauer l’a fait, Julie Lescaut et autre héros de Plus belle la vie peuvent le faire aussi. C’est d’ailleurs bien l’avis du producteur de 24H chrono, Howard Gordon : « nous sommes sans conteste les pires élèves. C’est pour cela qu’il fallait commencer par nous. Si nous parvenons à être neutre en carbone, tout le monde peut le faire ». On sent bien le trop plein d’optimisme cher à nos amis américains, mais en substance, le message est là. Lors du tournage de la septième saison, la série culte a su réduire de 43 % ses émissions de gaz carbonique.

Faire passer le message ne suffit pas. Eduquer les mentalités est une chose, s’appliquer à soi les principes que l’on défend en est une autre. Le directeur de production de Plus belle la vie, Pascal Tomasini en est conscient et voudrait pouvoir « verdir » le tournage de sa série. « Notre impact est évident, mais que faire ? S’agissant de l’éclairage, on ne va pas baisser les feux », regrette-t-il, réclamant l’aide d’experts. Pour le millième épisode, un bilan a été réalisé : 70 000 litres d’essence et plus d’un million de Kwh consommés… Pour convertir sa flotte, la production s’est adressée à des constructeurs automobiles mais regrette qu’aucune solution 100 % écologique n’existe.

Pour des productions écolos

ET AUSSI...

C’est pour faire face à ce gaspillage carbone auquel on assiste dans la production audiovisuelle qu’hier matin (28 avril) a été présenté le projet Ecoprod, pour des productions cinématographiques et audiovisuelles respectueuses de l’environnement. A l’initiative de TF1, France 5, Audiens (protection sociale), la commission d’Ile-de-France et l’Ademe, Ecoprod se décline sous la forme d’un site internet. Proposant multiples conseils, fiches pratiques et chiffres-clés, il est abordable sous plusieurs angles. Pour le moment, seul l’onglet restauration est disponible mais d’ici un mois, les autres rubriques devraient étoffer leur contenu. Général, transport personnes, transport fret, éclairage, énergie, décors, restauration, post-production, bureau…autant de thématiques pour aider les équipes à réduire leur empreinte écologique par quelques gestes et petits changements d’habitudes. La rubrique restauration vous apprend notamment que la fabrication d’un gobelet nécessite 3,2g de pétrole. Quand on sait qu’une personne utilise en moyenne cinq gobelets par jour, le compte est vite fait !

Recherche et développement durable

Ecoprod s’engage aussi dans la recherche et le développement pour aider à trouver des solutions. En terme d’éclairage, un chantier technique devrait voir le jour prochainement à Marseille. De plus, un outil d’aide à la décision sera également élaboré pour évaluer avec les équipes de production si les dépenses réalisées sur certains postes (consommation d’énergie notamment) permettent de compenser d’autres dépenses plus importantes comme la restauration bio. Pour le moment, les solutions sont tout de même nombreuses et ne nécessitent pas d’efforts insurmontables. « On peut demander à EDF des branchements forains pour éviter les groupes électrogènes polluants, organiser le tri des déchets avec les collectivités territoriales, rechercher des matériaux de substitution sur les décors… », rappelle Catherine Puiseux, coordinatrice développement durable à TF1. Le défi : instaurer cette nouvelle mentalité, impliquer les entreprises et faire en sorte qu’elles en tirent profit. Commercialement et humainement…
 

Vous pouvez d'ores et déjà consulter le site d'Ecoprod

A ne pas rater :
- Moving’Tri : la déchetterie « durable »
- Ampoules basse conso : une idée lumineuse ?
- Quand le développement durable fait son cinéma

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent Bâtiments basse consommation : haro sur le « gang des grille-pains » !
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement