Insolite

Publié le :
04/02/2009
Commentaires :
2
Envoyer à un ami

Le tourisme des catastrophes écologiques, un filon très porteur

Le tourisme des catastrophes écologiques, un filon très porteur
Agrandir l’image
fotolia.com
« « Les gens visitent des endroits parce qu’ils sont convaincus que ces lieux vont changer et ils veulent les voir avant » explique Monsieur Ken Shapiro »

La planète est en danger, et le tourisme en profite pour développer de nouvelles offres qui attirent de plus en plus de curieux et de riches occidentaux. Avant que la terre ne se réchauffe et la planète ne s’effondre, le tourisme étiqueté « planète en danger » connaît un succès grandissant, selon les professionnels du secteur.

« Les gens visitent des endroits parce qu’ils sont convaincus que ces lieux vont changer et ils veulent les voir avant » explique le rédacteur en chef du magazine professionnel américain TravelAge West, Monsieur Ken Shapiro.

Le réchauffement climatique, principal argument de vente

Les ours polaires et les glaciers sont menacés par le réchauffement climatique. Les forêts tropicales sont rongées par la déforestation, des centaines d’espèces sont en voie de disparition à travers le monde, des populations entières de l’hémisphère sud migrent vers le nord, autant de paysages et de communautés que nous ne pourrons plus observer d’ici quelques années et c’est bien là le principal argument de vente de ces agences de voyages. Ce tourisme des « catastrophes écologiques », explique Monsieur Shapiro est un « filon important » en plein développement dans le secteur.

Toucher la glace avant qu’elle ne fonde…

Pour Monsieur Kennedy, président du tour-opérateur Africa Albida Tourism, qui organise des safaris au Zimbabwe, les changements environnementaux ont un impact de plus en plus évident dans les choix des destinations, explique Monsieur Kennedy.

Les croisières vers l’Antarctique deviennent les voyages les plus prisés de ce type de tourisme avec 46 000 visiteurs sur la saison passée, deux fois plus que l’année d’avant ! « L’Antarctique fascine par son immensité, son isolement, sa pureté et sa faune unique avec pingouins, phoques et baleines », témoigne Juan Kratzmajer, un argentin, professionnel du tourisme qui a encadré de nombreuses expéditions sur le continent de glace.

Toujours dans la glace, Churchill, une petite bourgade de 923 habitants, perdu dans la baie d’Hudson dans le grand nord canadien a été baptisé « capitale mondiale des ours polaires ». Elle attire depuis quelques années de nombreux visiteurs qui viennent observer dans des bus aménagés, ces animaux, considérés comme « menacés ».

En Afrique, c’est pour être plus près de la nature et des animaux que les touristes font le voyage. Des safaris sont organisés au Zimbabwe, avec séjour dans des « lodges » faits de matériaux naturels et éparpillés dans la savane.

En Australie, la barrière de corail menacé de disparition par la pollution des océans fait également de plus en plus d’adeptes.

Autant de destinations qui deviennent pour certains des « must » du tourisme pour ceux qui veulent s’offrir le luxe de voir le monde tel qu’il est…avant qu’il ne change définitivement avec le risque que ce tourisme ne fasse que contribuer à l’accélération du phénomène.

« Au royaume des glaces », pour tous ceux qui rêvent de toucher la glace de près…

Lire aussi:

- Avoriaz, écolo avant l’heure

- Premier colloque international sur le tourisme durable au Québec

- SNCF : à nous de vous faire préférer le tourisme durable

 

pashû dewailly christensen

  Laisser un commentaire

article précédent Royaume-Uni : Limiter le nombre d’enfants pour ne pas nuire à l’environnement !
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant
Xav, 05 / 02 / 2009 - 14:18
“je trouve ça un peu triste que les gens veuillent voir ce qui d'après eux va bientôt disparaître. Ils feraient mieux de faire en sorte que ça ne disparaisse pas justement. Se faire de l'argent sur la mort de la planète c'est quand même un peu spécial comme idée...”
aichai, 04 / 02 / 2009 - 19:13
“l'homme change toute chose qu'il observe
mais là c vraiment poussé...
cela me rappelle la période ou tout le monde s'est jetté vers les grosses de Lascot(de Julie lascot je crois:))
on en a du refaire une suite aux deteriorations...
mais avec la terre ce n'est pas possible:(”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !


Développement durable - tout savoir sur l'environnement