Insolite

Publié le :
14/01/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Controverse sur une crise écologique de la préhistoire

Controverse sur une crise écologique de la préhistoire
Agrandir l’image
fotolia.com
« A cette période, le climat se retrouve totalement bouleversé : alors que la planète sort progressivement de sa dernière glaciation par un processus de réchauffement naturel, elle est soudainement frappée par une vague de froid spectaculaire »

Mais qu’est-il arrivé à la Terre il y a 12 900 ans ? La question fait débat dans la communauté scientifique depuis quelques années. On sait que notre planète a alors connu un refroidissement brutal mais les causes restent mystérieuses.

C’est une étude publiée le 2 janvier dans la revue Science qui a ravivé la polémique. Les travaux de l’équipe américaine dirigée par Douglas Kenneth, de l’Université de l’Oregon, apportent en effet des arguments très convaincants à la thèse selon laquelle la Terre s’est refroidie à cause d’une chute de météorites. Une version de la préhistoire fortement controversée. Les scientifiques se basent sur la récente découverte, aux Etats-Unis, au Canada et en Europe, de grandes quantités de nanoparticules de diamants à l’intérieur de sédiments datant de - 12 900 ans.

A cette période, le climat se retrouve alors totalement bouleversé : alors que la planète sort progressivement de sa dernière glaciation par un processus de réchauffement naturel (grâce à une lente modification de ses paramètres orbitaux), elle est soudainement, et sans explication, frappée par une vague de froid spectaculaire. Dans l’hémisphère Nord, les températures moyennent chutent de 7°C, ce qui provoqua vraisemblablement l’extinction des grands mammifères et des hommes en Amérique du Nord. C’est ce qu’on appelle le dryas récent (voir encadré).

Mais que diable les diamants viennent-ils faire dans cette histoire ? C’est tout simplement la preuve irréfutable de Douglas Kenneth : ces nanoparticules ne peuvent se former qu’à des niveaux de températures et de pressions extrêmes jamais atteintes à la surface de la Terre, sauf en cas d’impact avec un corps céleste. « Elles ont été retrouvées uniquement dans la couche correspondant à la limite du nouveau dryas : il n’y en avait ni au-dessus ni au-dessous », précise le chercheur.

Une civilisation anéantie

Autre question : pourquoi une météorite entraînerait-elle un mini-âge glaciaire ? Car la collision avec le sol terrestre aurait éjecté dans l’atmosphère des quantités considérables de poussières, ce qui aurait bloqué une partie du rayonnement solaire et fait chuter les températures en quelques siècles. Une hypothèse qui avait déjà été défendu en octobre 2007 dans les Annales de l’Académie nationale américaine des sciences (Le PNAS s’était alors attachée à prélever de l’iridium, une autre trace d’un possible choc avec un météore).

Aujourd’hui, rien ne peut être affirmé avec certitude. Mais cette théorie est très séduisante : elle expliquerait, outre le refroidissement abrupt, la disparition de la faune nord-américaine (mammouths, chevaux, paresseux géants…) et l’effondrement de la civilisation paléo-indienne dite de Clovis. Une culture baptisée ainsi en raison de la découverte en 1932 de vestiges près de la petite ville de Clovis au Nouveau-Mexique (ces populations de chasseurs-cueilleurs seraient arrivés d’Asie il y 14 000 ans par le détroit de Béring et furent longtemps considérées comme les plus premières du Nouveau Monde… jusqu’à ce que l’on mette à jour des sites préhistoriques encore plus anciens datant pour certains de plus de 50 000 ans).

Pour l’instant, l’opinion dominante est qu’un immense barrage glaciaire situé en Amérique du Nord a brutalement rompu et libéré une énorme quantité d’eau douce et froide dans l’Atlantique. Cela aurait alors interrompu la circulation du Gulf Stream (courant qui redistribue la chaleur accumulée aux tropiques dans l’hémisphère Nord) et radicalement refroidi le climat pendant plusieurs siècles (un épisode qui pourrait être à l’origine de divers mythes de déluge dans l’histoire : Arche de Noé, épopée sumérienne de Gilgamesh…).


Dryas récent, ou nouveau dryas : accident climatique majeur

Cette « anomalie » climatique a été constatée après prélèvements dans les sédiments, carottes glaciaires et pollens fossiles des tourbières (zone humide caractérisée par l'accumulation progressive de la tourbe, un sol à très forte teneur en matière organique, peu ou pas décomposée, d'origine végétale). Elle correspond à un brutal et rapide déclin des températures terrestres (jusqu’à - 7°C) entre - 12 900 et - 11 600, suivi d’une lente période de réchauffement.

Cette période est à ne pas confondre avec l’ancien dryas, qui correspond à la fin de la dernière glaciation de l’ère quaternaire. Tous deux tirent leur nom d’une fleur, la dryas octopetala, l’une des premières espèces de plantes à avoir recoloniser les éboulis libérés par la fonte et le recul des glaciers.

L’étude de ces phénomènes s’appelle la paléoclimatologie : la science qui analyse la climatologie des ères passées à l’échelle des temps géologiques (c’est-à-dire sur des milliers et des millions d’années). Elle alimente beaucoup le débat actuel sur le réchauffement planétaire.


Pour en savoir plus :

Site de l’Université de l’Etat d’Oregon

 

Yann Cohignac

  Laisser un commentaire

article précédent Produire de l'énergie avec des noix de macadamia !
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !


Développement durable - tout savoir sur l'environnement