Insolite

Publié le :
02/12/2008
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Inédit : un parc éolien annulé pour cause d’impact visuel

Inédit : un parc éolien annulé pour cause d’impact visuel
Agrandir l’image
fotolia.com
« L’avenir, c’est le soleil ! Si on fait des progrès, les éoliennes disparaîtront d’un seul coup de vent »

Voilà une décision de justice qui devrait faire plaisir à VGE et à tous les anti-éoliennes du pays : le permis de construire d’un parc de huit éoliennes a été annulé par le tribunal administratif de Lyon. Raison notamment invoquée : l’impact visuel. C’est une première en France, et l’affaire pourrait faire jurisprudence.

L’histoire se déroule dans l’Ain, sur un site dépourvu de caractère patrimonial ou naturel : une ligne de crête qui traverse les territoires des communes de Prémillieu, Virieu-le-Grand et Armix. Un lieu idéal pour implanter des éoliennes de 126 mètres de haut, se dit la société Erelis Enel, opérateur spécialiste en la matière. D’autant que tout le monde a l’air d’accord : une enquête publique est lancée dans les localités concernées. Les conclusions sont favorables. Une étude d’impact environnemental est demandée. Même résultat. La commission départementale des sites et paysages est consultée. Elle adhère au projet par dix voix contre trois. Et enfin, le préfet accepte le permis de construire le 20 mars 2006.

Mais voilà, le proche village de Thézillieu ne l’entend pas de cette oreille : il engage une action en justice le 19 mai 2006 pour faire annuler l’implantation du futur « parc éolien de la forêt de la Ravière », jugé esthétiquement néfaste. Et plus de deux ans après, le 4 novembre 2008, le tribunal administratif de Lyon se prononce : il donne satisfaction aux requérants et casse le permis de construire.

D’abord, le juge remet en cause un projet qui a légèrement changé depuis l’étude d’impact : il s’agissait alors de six éoliennes de 2 MW, alors que le permis attribué spécifie huit éoliennes de 1,5 MW. Mais surtout, le magistrat s’appuie sur l’article 111-21 du Code de l’urbanisme qui permet de refuser des constructions lorsqu’elles sont de nature « à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ». Selon lui, le projet allait ainsi avoir un impact visuel trop important sur un « paysage rural remarquable et dans un environnement de très grande qualité ». L’alignement de huit éoliennes aurait exerçait « une domination sur le paysage naturel particulièrement forte ».

VGE dit « du vent » aux éoliennes

Les considérations esthétiques ont donc été retenues, pour la première fois en France. Ce procès inspirera-t-il d’autres juges saisis pour les mêmes motifs ? C’est possible, d’autant que les adversaires de l’éolien sont de plus en plus nombreux et commencent à gagner du terrain. En août 2008, deux associations (Vent de Colère et Vent de Bocage) ont par exemple réussi à faire annuler par le Conseil d’Etat l’arrêté du 10 juillet 2006 fixant les tarifs d’achat de l’électricité éolienne.

Un important personnage politique est de plus fermement engagé dans une croisade contre cette énergie renouvelable : l’ancien président de la République Valérie Giscard d’Estaing, devenu le véritable porte-drapeau de la cause. « L’avenir, ce n’est pas le vent. Je ne sais pas qui a trouvé ça. D’ailleurs, aucun grand poète ou philosophe ne l’a dit, argumente-t-il avec « humour ». Les éoliennes représentent pour la politique énergétique de la France une option inutile et trop coûteuse. L’avenir, c’est le soleil ! Si on fait des progrès, les éoliennes disparaîtront d’un seul coup de vent ».

VGE préconise également le nucléaire, selon lui plus rentable, et des référendum. Il accuse : « Un puissant lobby qui a imposé un régime d’aides financières abusif » défigure le paysage. Et il menace : « Je promets un avenir politique difficile aux élus favorables à l’énergie éolienne ».

Face à ce vent de protestations, on peut déjà considéré que le ministre de l'Ecologie a ralenti ses projets : le 17 novembre dernier, il annonce que le développement des éoliennes doit désormais être réalisé de manière à « éviter le mitage du territoire, à prévenir les atteintes aux paysages, au patrimoine et à la qualité de vie des riverains ». A cette fin, il est nécessaire « d'en améliorer l'encadrement réglementaire, ainsi que la concertation locale ».

Le secteur éolien est mis à mal. Mais il ne faudrait tout de même pas oublier que la France s’est engagée à ce que les énergies renouvelables représentent 23 % de son électricité consommée en 2020. Un objectif impossible à atteindre sans les éoliennes, étant donné la faible marge de progression de l’hydraulique et les coûts encore très élevé du solaire. Rappelons pour finir un sondage BVA paru début novembre : 62 % des Français se disent prêts à voir une éolienne construite à moins d’un kilomètre de chez eux.

Pour en savoir plus sur les motivations anti-éoliennes : www.ventdecolere.org/ (à vous de juger)
 

Yann Cohignac

  Laisser un commentaire

article précédent La cité du Pape se met au vert !
L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Une gousse d’ail cru par jour !
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement