Environnement

Publié le :
06/04/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

30 ans après la directive « Oiseaux », certaines espèces recolonisent le territoire

30 ans après la directive « Oiseaux », certaines espèces recolonisent le territoire
Agrandir l’image
Michael Fritzen - Fotolia com
« Il y a trente ans, il ne restait plus qu’une dizaine de couples de cigognes en France. Aujourd’hui, il y en a plus d’un millier »

Bonne nouvelle pour les Alsaciens, l’oiseau emblématique de leur région va mieux ! La Ligue de protection des oiseaux (LPO) vient de dresser le bilan de la directive « Oiseaux », trente ans après sa mise en application. La cigogne a donc repris du poil de la bête tandis que d’autres espèces, nichant dans les espaces agricoles, continuent leur déclin. Les nombreux bénéfices tirés de la directive européenne ne doivent pourtant pas faire oublier les efforts qu’il reste à fournir…

Mi figue, mi raisin. Selon la LPO, certaines espèces emblématiques vont mieux. La cigogne, la grue cendrée, le vautour moine font partie des espèces en augmentation. « Il y a trente ans, il ne restait plus qu’une dizaine de couples de cigognes en France. Aujourd’hui, il y en a plus d’un millier », se réjouit Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO. Idem pour le vautour moine, réintroduit en France en 1992 et qui compte aujourd’hui une centaine d’individus. La faut à qui ? Ou plutôt merci qui ? A la Directive « Oiseaux », adopté le 2 avril 1979. Première loi de protection de la nature, elle visait à enrayer la régression de la biodiversité en reconnaissant aux oiseaux sauvages le caractère de patrimoine commun aux Etats membres. Elle a permis notamment la création des Zones de protection spéciales (ZPS), véritables remparts contre la destruction de l’habitat des oiseaux sauvages. En France, elles sont au nombre de 380 couvrant 4,23 millions d’hectares pour la partie terrestre.

Perte de 50 % des zones humides

L’annexe I de la directive a établi une liste de 181 espèces menacées prioritaires en Europe dont 88 se reproduisent en France. Sur ces 88 espèces, 37 % sont en augmentation. Non seulement grâce à des mesures de protection ciblées, comme c’est le cas pour la cigogne, le vautour moine ou la grue cendrée, mais aussi du fait de la création des zones protégées. Mais c’est un peu la plume qui cache l’oiseau ! Malgré ces aspects très positifs reconnus sur certaines espèces, d’autres ne subissent pas le même sort. Globalement, sur 287 espèces d’oiseaux nicheurs présents sur le territoire français, 33 % sont en déclin. Parmi eux, les oiseaux de campagne font les frais de l’agriculture intensive. Le réaménagement de l’espace rural, notamment, a fait disparaître nombre de bocages et de haies, autant de lieux de vie pour l’avifaune. « En 40 ans, on a perdu 50 % des zones humides, un des hauts lieux de la biodiversité », constate M. Bougrain-Dubourg. Le changement de comportement des ruraux a aussi son incidence sur la fragilité des ces espèces. Raréfaction des granges, aseptisation de l’habitat, destruction des nids…les hirondelles ne sont pas en odeur de sainteté. «Leurs populations ont chuté de 41 % entre 1989 et 2005. Même s’il s’agit d’une espèce protégée, les gens détruisent les nids à cause des fientes », observe Sandrine Mor, ornithologue.

Le réchauffement climatique nuit à certaines espèces

Egalement responsable du déclin de certaines espèces : le dérèglement climatique. En règle générale, la recrudescence des insectes du printemps coïncide avec l’arrivée des oiseaux migrateurs. Avec le réchauffement du climat, les insectes sont plus précoces. Les oiseaux, eux, mûs par leur horloge interne, ne changent pas leur période de migration. Se nourrir devient alors pour eux un véritable « casse-bec » ! Conclusion : certaines espèces ont été sauvées par la directive « Oiseaux », d’autres sont toujours en péril. Loin d’être alarmistes, il nous faut prendre conscience que d’importants efforts restent à fournir pour la conservation de la biodiversité, patrimoine inestimable. Notamment dans les milieux ruraux. D’autre part, force est de reconnaître que l’engagement européen et français pris en 2002 de mettre un frein au déclin de la biodiversité pour 2010 ne sera pas atteint… 
 
Pour en savoir plus, consultez le site de la LPO
Et l'intégralité de la directive "Oiseaux" sur le site de la Commission Européenne

Lire aussi :
- Environnement : l’Europe fête les 30 ans de sa première loi de protection de la nature
- Réchauffement climatique : les oiseaux migrateurs doivent s’adapter… ou s’éteindre
- Les moineaux se cachent pour mourir ?

Albane Wurtz

  Laisser un commentaire

article précédent UE : la crise favorise la baisse des émissions de CO2
Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ? article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement