Environnement

Publié le :
12/03/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Les 10 indicateurs clés de l’environnement

Les 10 indicateurs clés de l’environnement
Agrandir l’image
fotolia.com
« Le réchauffement climatique reste la préoccupation numéro un des Français »

Le ministère de l’Ecologie et du Développement durable vient de publier l’édition de mars 2009 du guide concernant les dix indicateurs à suivre pour surveiller efficacement les évolutions de l’environnement. Au programme : la pollution de l’air, l’effet de serre ou encore les préoccupations des Français en matière de dégradation de l’environnement.

Selon cette publication, le réchauffement climatique reste la préoccupation numéro un des Français. Mais en matière d’environnement, d’autres éléments sont à prendre en compte pour avoir une vision complète des enjeux à venir. Les indicateurs sont les suivants : la pollution de l’air en milieu urbain, la pollution de l’eau par les nitrates, la perte de biodiversité avec les oiseaux communs, l’occupation des sols, la consommation de matières, les déchets municipaux, l’effet de serre et les émissions de gaz à effet de serre (GES), les énergies renouvelables, les dépenses pour la protection de l’environnement, et les préoccupations des Français en matière de dégradation de l’environnement.

Pollution de l’air en milieu urbain

Globalement, la qualité de l’air des villes françaises s’est améliorée depuis 2000. Un résultat qui s’explique pour beaucoup par la baisse des concentrations en SO2. À l’inverse, les teneurs en ozone (O3) restent au-dessus de leur niveau de 2000 et les concentrations en NO2 sont en légère baisse, en particulier dans les agglomérations de plus d’un million d’habitants. Aucune tendance significative n’est observée pour les particules PM10. La dégradation observée en 2003 s’expliquait par des conditions météorologiques particulières.

Les nitrates dans les cours d’eau

« Les nitrates proviennent de l’utilisation des engrais en agriculture et dans une moindre mesure des rejets des stations d’épuration ». Après deux décennies de détérioration, la qualité des cours d’eau vis-à-vis des nitrates est relativement stable depuis 1990. La moitié environ des points de mesure est classée en bonne ou très bonne qualité. Environ 17 % des points de mesure sont classés en médiocre ou en mauvaise qualité.

Biodiversité : les oiseaux communs

Aujourd’hui, de nombreuses espèces animales sont menacées d’extinction à cause des comportements de l’homme. Les populations d’oiseaux communs diminuent depuis 1989. Le guide du MEEDDAT met en évidence le déclin des espèces agricoles qui sont plus sensibles à la dégradation des habitats. Les espèces des milieux bâtis et forestiers sont aussi concernés par cette tendance. Ces résultats ont été observés dans toute l’Europe. L’objectif de l’Europe et donc de la France est de stopper la perte de biodiversité à l’horizon 2010.

L’occupation des sols

En 2006, les surfaces artificialisées occupaient 5 % du territoire. Les zones industrielles ou commerciales, le tissu urbain discontinu et les infrastructures de transport ne cessent de s’accroîtrent depuis 1990. Ces territoires utilisent beaucoup d’espace et fractionnent les milieux. Un développement qui se fait aux dépens de terres agricoles. En 2006, elles représentaient 60 % des surfaces, les forêts et les milieux naturels 34 % et les surfaces en eau 1 %.

La consommation de matières

L’intensité de matières a baissé de 23 % depuis 1990, traduisant un moindre besoin en matières pour produire une même quantité de valeur ajoutée. Cependant, les matières consommées n’ont pas diminué en seize ans, malgré les évolutions technologiques. Cependant, les importations croissantes de matières ou de produits nécessitent d’autres ressources à l’étranger qui n’ont pas été comptabilisées pour le guide du MEEDDAT.

Les déchets municipaux

L’une des priorités au niveau national, mais également au niveau mondial, est de réduire de façon significative la quantité de déchets produits et de développer le recyclage. En 2006, les quantités de déchets collectées par les municipalités atteignent 34 millions de tonnes, contre 28 en 1995. Les quantités d’encombrants et de déchets verts acheminés en déchetteries ont été multipliées par trois entre 1995 et 2006. Le poids des emballages collectés en porte à porte ou en apport volontaire a doublé.

Les émissions de gaz à effet de serre

L’objectif à long terme fixé par la loi d’orientation sur l’énergie de 2005 est de diviser par quatre les émissions de 1990 d’ici 2050. L’union européenne s'est également engagée à réduire ses émissions de 20 % à l'horizon 2020. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont globalement diminué de 5,6 % entre 1990 et 2007. Les émissions des transports sont en hausse de 19 % et représentent 27 % du total en 2007. Cependant, ces hausses ont été équilibrées par la baisse des émissions industrielles et agricoles.

Les énergies renouvelables

Eolien, solaire, biomasse… Les énergies renouvelables sont aujourd’hui en pleine expansion. On y voit une solution d’avenir pour résoudre les importants problèmes environnementaux de la planète. La production d’énergie primaire d’origine renouvelable (18 Mtep en 2007), aux deux tiers thermique, est issue de la biomasse : bois, déchets, biocarburants et biogaz. L’électricité d’origine renouvelable représente le tiers restant et provient à 88 % de l’hydraulique, à 6 % de la biomasse et à 6 % de l’éolien, en forte progression.

La protection de l’environnement

En 2006, les dépenses de protection de l’environnement s’élevaient à 36,2 milliards d’euros, soit 2 % du PIB. Le financement est assuré par les entreprises, les administrations et les ménages. Les deux tiers de ces dépenses sont consacrés à la gestion des eaux usées et des déchets.

Les préoccupations des Français

Les Français sont particulièrement inquiets en ce qui concerne le réchauffement climatique. A la question : « Parmi les problèmes suivants liés à la dégradation de l’environnement, quels sont les deux qui vous paraissent les plus préoccupants ? », ils sont 52 % à citer le réchauffement de la planète (et l’effet de serre), à 40 % la pollution de l’air. Pour 39 % des Français, la priorité doit être donnée à la pollution de l’eau, des rivières et des lacs. 27 % des Français sont préoccupés par l’augmentation des déchets des ménages, et 15 % par les catastrophes naturelles (inondations, tempêtes, séismes, feux de forêts…). La disparition de certaines espèces végétales ou animales et la pollution sonore arrivent en fin de classement.

Hélène Toutchkov

  Laisser un commentaire

article précédent La Chine responsable de la déforestation en Afrique selon Jane Goodall
Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ? article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique


Développement durable - tout savoir sur l'environnement