Environnement

Publiée le :
18/02/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Paris : les cyclistes moins exposés à la pollution que les automobilistes

Paris : les cyclistes moins exposés à la pollution que les automobilistes
Agrandir l’image
fotolia.com

Faire du vélo dans Paris, c’est conseillé pour la santé. Selon une étude d'Airparif, un cycliste parisien est moins exposé à la pollution qu’un automobiliste. Un résultat assez étonnant qui s’explique par les pistes cyclables et autres voies dédiées aux vélos qui permettent de s’éloigner du plus gros de la circulation et de la pollution qui va avec. « Le piéton est deux à cinq fois moins exposé que l'automobiliste à la pollution. Le vélo va se situer entre les deux, et plus il prendra des voies avec aménagements, plus il se rapprochera de l'exposition du piéton », explique Karine Léger, adjointe au directeur d'Airparif.

Airparif a mesuré la pollution au dioxyde d’azote et aux particules à laquelle est confronté un cycliste parisien. Selon cette étude, sur une piste cyclable le long des quais sur la rive droite de la Seine, l'exposition du cycliste est réduite de 30% à 45% par rapport à celui resté dans le flux de circulation. Au milieu de la circulation, un cycliste est aussi exposé qu’un automobiliste. Être dans une voiture ne protège en rien de la pollution. « Les voitures empruntent fréquemment des zones fortement polluées - tunnel, boulevard périphérique- qui ne sont pas autorisées aux vélos », précise Philippe Lameloise, directeur de l'association de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France.

Pour circuler en évitant la pollution, Airparif suggère aux cyclistes d’éviter les axes surchargés en trafic. Les couloirs de bus peuvent être une bonne solution. Mais « en termes de pollution atmosphérique, les couloirs de bus sont bien pour les cyclistes quand il n'y pas de bus et de taxis dedans ! ». Le mieux est d’emprunter les petites rues où la circulation est moindre. L’association encourage aussi les parisiens à pédaler à un rythme modéré « pour éviter de se mettre en hyperventilation, ce qui augmente le volume d'air inspiré et donc l'inhalation de polluants », explique le docteur Patrick Le May, coordonnateur d'une étude sur les livreurs à vélo.

Découvrez l’intégralité de l’étude d’Airparif

Lire aussi :
Attention. La pollution de l’air des villes tue

Hélène Toutchkov

  Laisser un commentaire

article précédent Europe : la localisation des cultures OGM doit être connue du public
Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ? article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique


Développement durable - tout savoir sur l'environnement