Environnement

Publié le :
09/02/2009
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Australie : les pires incendies de son histoire ont déjà fait 130 victimes

Australie : les pires incendies de son histoire ont déjà fait 130 victimes
Agrandir l’image
fotolia.com
« L’augmentation constante des émissions de gaz à effet de serre va accroître le réchauffement et la sécheresse dans le Sud de l’Australie, les risques d’incendie seront donc probablement plus importants »

L’Australie vient de connaître ce week-end l’une des plus graves catastrophes naturelles de son histoire. L’Etat de Victoria, au Sud-Est du pays, a été ravagé par des incendies meurtriers. Le bilan faisait état ce matin (9 février) de 130 morts, mais le nombre de victimes pourrait atteindre 170 morts. Les feux, pour certains imputés à des incendiaires, ont été largement entretenu par une vague de chaleur exceptionnelle.

130 morts confirmés par les autorités. En Australie, on n’avait pas connu de tel désastre depuis 1899. Le cyclone Mahina avait alors fait plus de 400 victimes. Les incendies de l’Etat de Victoria ont même été plus meurtriers qu’en 1983, quand 75 personnes avaient trouvé la mort lors du « mercredi des cendres ». Et le bilan humain pourrait encore s’alourdir, selon la presse locale.

Les hôpitaux de Melbourne (capitale du Victoria) sont submergés de blessés (78 dans un état grave) et près de 800 habitations sont parties en fumée, ainsi que plus de 330 000 hectares. Certaines villes ou villages ont été totalement détruits, comme Kinglake (20 morts) ou Marysville. Les centres d’urgences, eux, hébergent déjà des milliers d’Australiens jetés dans la rue.

« C’est le jour le plus dramatique de l’histoire du Victoria », résume John Brumby, le Premier ministre de cet Etat de 4,9 millions d’habitants. Sans compter que la situation, même apaisée, n’est pas encore revenue à la normale. Les pompiers et l’armée continue ce lundi à combattre des dizaines d’incendies. A Beechworth, notamment, le feu menace toujours une dizaine de villes.

Le réchauffement climatique en cause

Les incendies, particulièrement rapides et violents, ont été attisés par des températures extrêmes. Melbourne a en effet enregistré les chaleurs les plus élevées depuis 60 ans, avec plusieurs jours consécutifs à 43°C et des pics à plus de 46°C. Une sécheresse que Barry Brook, directeur de l’Institut du climat et de l’environnement de l’Université d’Adelaïde, attribue déjà au réchauffement planétaire.

« L’augmentation constante des émissions de gaz à effet de serre va accroître le réchauffement et la sécheresse dans le Sud de l’Australie, les risques d’incendie seront donc probablement plus importants », estime de son côté Kevin Hennessy, membre du Centre de recherches scientifiques et industrielles du Commonwealth.

Si on ajoute à cette catastrophe les inondations qui frappent le Queensland, dans le Nord du pays, l’Australie vit un début d’année difficile. Ce qui fait dire aux écologistes qu’il est temps de redoubler d’efforts dans la lutte contre le changement climatique. D’autant que beaucoup de scientifiques considèrent que l’île-continent sera l’une des premières grandes victimes de ce bouleversement en raison de son environnement hostile.

Un « crime de masse »

« Les conditions samedi étaient terribles, sans aucune humidité, avec des vents forts, le moindre petit feu prenait », expliquait le centre des pompiers du Victoria. La vague de chaleur avait déjà fait plus d’une trentaine de victimes, dont de nombreuses personnes âgées. Mais elle n’est pas la seule responsable des incendies.

Un certain nombre aurait ainsi été déclenché par des incendiaires selon la police. Deux d’entre eux ont d’ailleurs été inculpés ce lundi. « Il n’y a pas d’autre mot que crime de masse pour décrire cela », a vivement réagi Kevin Rudd, le Premier ministre australien.

Le gouvernement a en outre annoncé la mise en place d’un fonds de 10 millions de dollars australien (5,2 millions d’euros) pour venir en aide aux sinistrés et placé l’armée en état d’alerte.



Lire aussi :
- Les délinquants de l’environnement
- La tempête Klaus a-t-elle un lien avec le changement climatique ?
- La terre frappée à plusieurs reprises par des catastrophes naturelles d'une rare violence en 2008. Retour sur ces évènements en images

Yann Cohignac

  Laisser un commentaire

article précédent Angola : remise du prix national de l’environnement à une ONG
Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ? article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Une gousse d’ail cru par jour !
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement