Économie

Publié le :
23/01/2009
Commentaires :
1
Envoyer à un ami

L'industrie de l'eau en bouteille plonge face à l'eau du robinet plus durable

L'industrie de l'eau en bouteille plonge face à l'eau du robinet plus durable
Agrandir l’image
« En plus d’être contentieusement contrôlée, l’eau du robinet contient de l’eau de source (c’est le cas pour la moitié de l’eau de Paris) »

Premiers consommateurs d’eau minérale au monde après les Italiens, les industriels de l’eau en bouteille boivent la tasse depuis 2007. Augmentation du prix de l’eau, baisse du pouvoir d’achat et prise de conscience de l’impact environnemental de la consommation d’eau embouteillée, l’eau du robinet connaît un regain de confiance.

C’est une première, en 2007, après plusieurs années de gloire, l’eau en bouteille perd des parts de marché importantes en faveur de l’eau du robinet. En moyenne 300 fois plus chère que l’eau du robinet et 1000 fois moins écologique (Ademe), sur fond de crise financière et d’engouement écologique, l’industrie de l’eau minérale et de source à de quoi s’inquiéter.

Part de marché en chute pour l’eau en bouteille

Prise de conscience écologique, acharnement des associations pour plébisciter la consommation d’eau du robinet, campagne de sensibilisation des villes, les français tournent peu à peu le dos à la bouteille en plastique. « La baisse des ventes en volume des bouteilles d’eau devrait s’établir à 6,5 % à la fin de l’année », annonçait en fin d’année 2008 Michaël Aïden, vice-président marketing de Danone eaux France. A la grande désespérassions des industriels du secteur qui luttent tant bien que mal à refaire surface. Le poids des bouteilles d’eau a diminué de 27 % depuis 10 ans, depuis 2007, ce sont 50 % des bouteilles qui sont recyclés. Côté pub, les industriels regorgent d’imagination et tentent de mettre en avant la pureté de leur eau et son bienfait pour la santé.

Ce sont 80 à 100 millions d’euros par an qui sont consacrés à la promotion marketing pour pousser le consommateur à faire le choix de l’eau en bouteille.

Malgré ces nombreux efforts, l’impact environnemental est clairement reconnu.

En 2005, les quelques 6,2 milliards de litres d’eau plate en bouteille qui ont été consommés ont représenté 240 000 tonnes de matières plastiques. Les bouteilles sont en faites composées de polyéthylène téréphtalate, un dérivé de pétrole brut qui met plus de 500 ans à se dégrader dans la nature. Le transport des bouteilles (à l’allée depuis la source jusqu’au consommateur final) et au retour (recyclage) représente un pôle important de pollution.L’eau en bouteille parcourt en moyenne 300 km.

Chaque année ce sont 140 000 tonnes de déchets qui découlent de cette production. Déchets, que le consommateur paye chère : le coût de l’emballage représentant 80 % de ce qu’il paye, les 20 % restant représentant le coût du liquide.

« Quelle marque distribue 1 milliard de litres d’eau chaque jour et pas une seule bouteille ? »

Tel était le slogan du Syndicat des eaux de l’Ile de France dans le cadre d’une campagne visant à prôner les bienfaits de l’eau du robinet. L’eau en bouteille est aujourd’hui de plus en plus plébiscitée. Ce sont 84 % des français qui lui font désormais confiance. Moins chère, moins polluante et soumises à de multiples analyses quotidiennes, l’eau du robinet remporte un large succès.

L’eau du robinet est l’aliment le plus contrôlé. Ce sont les Directions départementales des affaires sanitaires et sociales qui contrôlent l’eau sur la totalité du territoire, quotidiennement. En plus d’être contentieusement contrôlée, l’eau du robinet contient de l’eau de source (c’est le cas pour la moitié de l’eau de Paris). Bien que microbiologiquement saine, l’eau reçoit un traitement lui permettant d’être acheminer sans risques jusqu’au robinet.

Les industriels de l’eau en bouteille ont donc intérêt à redoubler de stratégies marketing face à des collectivités locales qui comptent bien mettre en avant la qualité de leurs eaux.

Lire aussi:

- Angleterre : pénurie d'eau à l'horizon

- L’or bleu : un luxe en Amérique Central
 

pashû dewailly christensen

  Laisser un commentaire

article précédent Compétition éthique pour le Trophée EDC
Extinction des feux article suivant
Nicoto, 25 / 01 / 2009 - 20:10
“L'eau du robinet n'est pas de si bonne qualité que les collectivités locales nous le disent, je vous invite a lire cette article : http://www.imaage-paris.com/actu/article.php3?id_article=984 du docteur, un petit extrait : On a identifié dans l’eau potable de trois régions françaises (Midi-Pyrénées, Basse-Normandie, Rhône-Alpes) une vingtaine de molécules pharmaceutiques, parmi lesquelles des anti-épileptiques, anti-inflammatoires, tranquillisants, antalgiques, anti-cholestérol...ce qui remet en question l’efficacité des usines d’eau potable.”

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !
Goedzak, le nouveau sac poubelle 100% recyclable
Une gousse d’ail cru par jour !

Les mots-clés de l'actu

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Conso

27 / 03 / 2014

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc !

12 / 03 / 2014

Alerte sur la qualité des volailles consommées en France

04 / 03 / 2014

Les aliments du mois de mars


Développement durable - tout savoir sur l'environnement