Conso

Publié le :
21/11/2008
Commentaires :
0
Envoyer à un ami

Quand la mode éthique fait son show

Quand la mode éthique fait son show
Agrandir l’image
fotolia.com
« Une étude du Credoc a montré qu’entre 25 et 40 % des consommateurs raisonnent consommation éthique. »

Pour la cinquième fois, Paris a accueilli du 9 au 12 octobre l’Ethical Fashion Show. Ce salon pas comme les autres se propose de faire découvrir au grand public comme aux professionnels des créateurs de mode éthique. Objectif ? Montrer qu’engagement éthique, respect de l’environnement et créativité peuvent se mêler.

En 2004, Isabelle Quéhé, ancienne chef de pub, se lance dans un pari audacieux : la création d’un salon dédié à la mode éthique. Aujourd’hui, l’Ethical Fashion Show est devenu le salon professionnel incontournable de cette nouvelle tendance. Isabelle Quéhé s’était fixé pour but de prouver que la mode éthique peut être à la fois tendance et porteuse de bénéfices sociaux et environnementaux. « Nous invitons les différents publics visés à comprendre l’importance d’une consommation inscrite dans le respect de l’homme et de l’environnement ». Pendant quelques jours, les créateurs éthiques se croisent pour faire découvrir leur savoir-faire. Au programme du salon : des showrooms, des tables rondes mais aussi des défilés et les nouvelles collections éthiques. Une étude du Credoc a montré qu’entre 25 et 40 % des consommateurs raisonnent « consommation éthique ».

Cinq ans déjà !

L’édition 2008 de l’Ethique Fashion Show a pris ses quartiers au sein du Carrousel du Louvre entre le 9 et le 12 octobre. Les grands noms de la mode éthique sont au rendez-vous : Veja, Royah, Eco Logika, Pachacuti… Pendant quatre jours, le public et les professionnels de la mode pourront découvrir les nouvelles collections automne/hiver mais aussi printemps/été. Cette année encore, le prix Ethical Fashion Show sera remis au créateur le plus éthique. Un jury composé de personnalités de la mode et du commerce équitable décerne ce prix. Les marques sélectionnées pour participer au salon doivent remplir un certains nombres de critères sociaux, environnementaux, et de savoir-faire. « Cette année ce sont plus de 100 marques françaises et internationales (Pérou, Mexique, Nigeria, Brésil…) qui vont se réunir sur 1 900 mètres carrés ».

La Charte de bonne conduite

Les créateurs présents lors du salon s’engagent à respecter la Charte de bonne conduite. Elle met au premier plan la défense des hommes et de leurs conditions de travail, la sauvegarde de l'environnement, ainsi que « des savoir-faire ancestraux, reflets des différences de chacun et de leur culture ». Cette charte prône le respect des conditions des travailleurs conformément aux conventions de l’Organisation Internationale du Travail, ainsi que le respect de la propriété intellectuelle. Il s’agit également de proposer des créations qui minimisent l’impact environnemental des filières de fabrication, depuis la création en passant par réalisation, la livraison jusqu’à la fin de vie du produit.

Un créneau en voie de développement

La mode éthique intègre les dimensions économiques, humaines et environnementales tout au long du processus de fabrication des vêtements ou accessoires, sans occulter la dimension du plaisir. Il s’avère que la mode génère de nombreux problèmes environnementaux. Par exemple, la culture du coton entraine des problèmes écologiques liés à l’utilisation des pesticides (3 % des surfaces cultivées mais plus de 25 % des pesticides utilisés dans le monde !) ainsi que sociaux économiques et humains avec la prolifération des sweatshops (usine où les employés sont exploités, maltraités et employant des enfants).
D’après un sondage TNS Sofrès réalisé en avril 2008 77 % des français pensent que le développement durable est un secteur qui a de l’avenir et que ce n’est pas seulement un effet de mode. L’industrie de la mode représente un marché très important. « Cette richesse peut devenir un formidable vecteur de développement durable et de justice sociale et c'est dans ce but qu'Ethical Fashion Show œuvre depuis 2004 ». En mode comme dans les autres secteurs, les conditions sociales et environnementales dans lesquelles un article a été produit influencent de manière tangible les comportements d’achat.
 

Hélène Toutchkov

  Laisser un commentaire

L’essor de la consommation collaborative : exemple du troc ! article suivant

focus

 

Vidéos



Rechercher un éco-acteur

 
            

Les articles les plus lus

La pierre d’Alun, toxique ou pas ?
Lutte contre l’habitat indigne et contre le danger électrique : il y a urgence
Une gousse d’ail cru par jour !
Comment blanchir ses dents naturellement?
Faire son potager pourrait devenir illégal

Les mots-clés de l'actu

Technologie

31 / 01 / 2014

Navia : le premier véhicule sans chauffeur commercialisé

07 / 01 / 2014

Ele, le vélo électrique solaire

18 / 12 / 2013

Copenhagen Wheel : la roue qui révolutionne le vélo !

Politique

10 / 12 / 2013

Nelson Mandela : hommage à un résistant exceptionnel

03 / 07 / 2013

Un nouveau ministre de l’Écologie…

26 / 06 / 2013

La coalition inespérée entre industriels et écologistes français pour la transition énergétique

Environnement

17 / 03 / 2014

Pic de pollution en France : quelles mesures ont été prises ?

28 / 02 / 2014

Journée internationale de l’ours polaire

17 / 02 / 2014

Poursuite d’évènements météorologiques extrêmes : conséquence du réchauffement ?

Insolite

24 / 03 / 2014

L’arbre-cathédrale d’Horace Burgess

24 / 03 / 2014

Samsara : un documentaire percutant de la Terre entre grandeur et décadence

19 / 03 / 2014

En Amérique, le calvaire que vivent les chevaux en fin de carrière


Développement durable - tout savoir sur l'environnement